Soutenir une gestion saine des écosystèmes

Ce domaine thématique vise à aider les pays à recourir à une approche écosystémique pour améliorer le bien-être humain. S'appuyant sur le mandat d'ONU Environnement pour améliorer la compréhension scientifique du fonctionnement des écosystèmes, ce sous-programme promeut une approche qui concerne toute une unité écologique en tant que système unique. Au niveau national et régional, ONU Environnement facilite les politiques et les lois qui favorisent l'environnement pour le développement, en insistant sur les aspects socioéconomiques des services écosystémiques en rémunérant les services écosystémiques et en intégrant la biodiversité en tant que système de fonctionnement des écosystèmes. Fournir un renforcement des capacités pour tester les outils et les méthodologies et soutenir le Conseil ministériel africain sur l'eau (AMCOW) et les processus au niveau national.

Le capital naturel

Le capital naturel est la réserve mondiale d'actifs naturels, qui comprend la géologie, le sol, l'air, l'eau et tous les êtres vivants. C'est à partir de ce capital naturel que les humains tirent un large éventail de services, souvent appelés services écosystémiques, qui rendent la vie humaine possible. Ces services écosystémiques doivent être gérés de manière à conserver les services écologiques majeurs et à restaurer les ressources naturelles tout en répondant aux besoins socio-économiques, politiques et culturels des générations actuelles et futures. Une bonne gestion des ressources naturelles est la clé d'une croissance économique durable et de la prospérité dans la région.

L'Afrique, deuxième continent le plus grand du monde, possède une part énorme des ressources naturelles mondiales, renouvelables et non renouvelables. Le continent possède la deuxième forêt tropicale la plus grande de la planète, soit environ 16,8% du couvert forestier mondial. Environ 30% des réserves minérales du monde se trouvent en Afrique. Le continent possède 8% des réserves mondiales de gaz naturel, 12% des réserves mondiales de pétrole, 40% de son or et 80 à 90% de son chrome et de son platine. Les plus grandes réserves de cobalt, de diamants, de platine et d'uranium du monde se trouvent sur le continent. En outre, la région possède 65% des terres arables de la planète pour nourrir 9 milliards de personnes et 10% des sources d'eau douce renouvelables internes. Différents secteurs présentent des valeurs énormes : le secteur de la pêche est estimé à 24 milliards de dollars américains, l'aquaculture, bien que toujours en développement, produit déjà une valeur estimée à environ 3 milliards de dollars américains par an et les forêts contribuent en moyenne à 6% du PIB en Afrique.

Les ressources naturelles de la région soutiennent l'économie du continent et continuent de représenter d'importantes opportunités de développement, comme le souligne la Déclaration de l'AMCEN de 2015 sur la gestion du capital naturel de l'Afrique pour le développement durable et l'éradication de la pauvreté. Par conséquent, l'utilisation durable des ressources naturelles du continent, guidée par le programme de développement des Nations Unies pour l'après-2015 et l'Agenda 2063 de l'Afrique, peuvent contribuer à assurer une croissance économique soutenue, l'éradication de la pauvreté et la stabilité politique.

Cependant, pour bénéficier de cet immense potentiel, il faut surmonter les énormes défis posés par l'exploitation illégale des ressources naturelles du continent:

  • Le déboisement illégal coûte au continent 17 milliards de dollars par an. Le rapport sur la criminalité environnementale du PNUE note que le commerce illégal de charbon de bois entraîne à lui seul une perte directe de revenus de 1,9 milliard de dollars par an.
  • La pêche illégale, l'Afrique subsaharienne entraîne chaque année plus d'un milliard de dollars de recettes perdues.
  • Le braconnage illégal des éléphants, qui constituent un atout touristique majeur, a coûté à la région 1,9 milliard de dollars par an.
  • Dans le secteur des mines, les pays disposant d'une richesse massive en ressources sur la partie sud du continent de l'indice mondial de développement humain.
  • Sur les écosystèmes et la sécurité alimentaire, 180 millions de personnes dépendent de sols appauvris pour cultiver leur nourriture. La perte économique associée à la dégradation des terres en Afrique subsaharienne est estimée à 68 milliards de dollars par an.

Les activités du PNUE sur les écosystèmes en Afrique et pour réaliser un développement industriel inclusif et durable en Afrique comprennent :

  • Combattre la dégradation de ce qui constitue la base de ressources naturelles de l'Afrique et favoriser la conservation et le rétablissement de la biodiversité africaine, qui représente un patrimoine inestimable, grâce à un meilleur contrôle de l'accès aux ressources génétiques du continent.
  • Veiller à ce que l'utilisation des ressources naturelles et de la biodiversité profite financièrement et économiquement aux pays qui les possèdent et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation, en tenant compte des générations présentes et futures.
  • Promouvoir la valeur ajoutée, la R & D pertinente et les innovations technologiques pour exploiter durablement la base de ressources naturelles et la biodiversité en développant des coentreprises et des partenariats public-privé pour faciliter la création d'industries en Afrique
  • Considérant que l'aide publique au développement (APD) pour l'Afrique est en déclin, la région devrait envisager une mobilisation nationale des fonds, via une administration plus équitable, transparente et durable de son capital naturel pour mobiliser un soutien externe et financer ses programmes de développement durable.

Thèmes