03 Jan 2020 Récit Forêts

Gouvernements, données intelligentes et feux de forêt : où en sommes-nous ?

Photo by Wikimedia

Mise à jour : Les feux de brousse en cours en Australie ont attiré l'attention des médias sur les feux de brousse en général et sur leur lien avec la perte de biodiversité et d'habitat, ainsi que sur le réchauffement de la planète.

Nous examinons différents types de feux de forêt, évaluons leur impact et ce qui les provoque, et expliquons pourquoi il est si important de disposer de données précises et en temps réel pour prendre des mesures judicieuses afin de les maîtriser.

Les différents types de feux de forêt

Saviez-vous que les feux de forêt se produisent naturellement ou peuvent être déclenchés délibérément ou par accident par les humains ? Dans certaines régions du monde, comme en Indonésie et au Brésil, des feux de forêt ont été allumés délibérément pour faire place à des plantations de palmiers à huile et de soja, ou à des pâturages pour le bétail, tout cela au nom de la réduction de la pauvreté, de la création de richesses économiques et d'emplois ou, à tort, de la sécurité alimentaire.

Les feux de forêt dans les tourbières sont particulièrement inquiétants en termes de réchauffement de la planète : ils libèrent beaucoup plus de CO2 dans l'atmosphère que les autres feux de forêt et sont extrêmement difficiles à détecter et à éteindre. Certaines des plus grandes tourbières se trouvent en Malaisie et en Indonésie. La fréquence des incendies est faible dans des conditions non perturbées, mais les changements rapides d'utilisation des terres comme la déforestation, la conversion ou le drainage des tourbières, entraînent une augmentation de la fréquence des feux de forêt et des incendies de tourbières. C'est notamment le cas sur l'île de Bornéo (dont 73 % font partie de l'Indonésie).  

 

UNEP’s Data Strategy, Long-term Trends and Future  Image taken from environmentlive.unep.org/situation
Stratégie des données du PNUE, Tendances à long terme et avenir. Image tirée de environmentlive.unep.org/situation

Durant de nombreux jours au cours des incendies de 2015 en Indonésie, les taux d'émission quotidiens des incendies ont dépassé ceux des émissions de combustibles fossiles aux États-Unis (en anglais). Ces incendies ont provoqué un tollé international auquel le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et ses partenaires ont répondu en créant l'Initiative mondiale pour les tourbières (Global Peatlands Initiative).

"Les incendies de tourbières en Indonésie en 2015 ont endommagé la santé de millions de personnes et sont une catastrophe environnementale mondiale. Depuis lors, l'Indonésie a fait des efforts considérables pour protéger et gérer durablement ses tourbières, notamment, tout récemment, en ouvrant la voie à la résolution de l'Assemblée environnementale des Nations Unies sur la conservation et la gestion durable des tourbières", déclare Dianna Kopansky, spécialiste des tourbières au PNUE.

Les feux de culture sont généralement allumés délibérément. Ils exacerbent la pollution de l'air et ont des conséquences néfastes sur la santé.

En Afrique, les feux de savane sont généralement un phénomène naturel et peuvent être bénéfiques pour les écosystèmes. Ailleurs, lorsque la végétation prend feu, le danger est qu'elle puisse se propager aux forêts ou aux établissements humains.

A wildfire in Glacier National Park, USA.  Photo by Wikimedia
Un feu de forêt dans le parc national des glaciers, aux États-Unis. Photo : Wikimedia

En Afrique, les feux sont également utilisés comme outil de défrichement pour étendre les zones agricoles. Le brûlage améliore l'appétence des jeunes pâturages pour les animaux de pâturage. Pour les agriculteurs, le feu élimine les parasites des cultures et constitue une alternative bon marché aux insecticides et aux herbicides. Cependant, avec le rejet de grandes quantités de COdans l'atmosphère, les feux d'herbe et d'arbustes ont des impacts considérables sur les sols et la végétation. La perte de la couverture végétale facilite le ruissellement de l'eau et l'érosion éolienne et réduit l'infiltration de l'eau.

D'autres incendies d'origine humaine peuvent s'installer dans des zones industrielles, dans des usines chimiques ou des installations pétrolières et gazières. Ces incendies libèrent généralement de grandes quantités d'oxyde nitreux dans l'atmosphère, un gaz 300 fois plus puissant que le CO2 en termes de réchauffement global. Les émissions de ces feux peuvent également contenir des niveaux élevés de substances toxiques.

Il nous faut mieux comprendre les différents facteurs à l'origine des incendies de forêt et être en mesure d'établir un ordre de priorité pour les incendies qui causent le plus de dommages à l'environnement. De  mégadonnées peuvent avoir leur rôle à jouer.

L'importance de données précises et en temps réel

"L'astuce consiste à rassembler les données pertinentes pour les rendre utiles aux gouvernements, des plateformes comme la World Environment Situation Room (en anglais) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) peuvent s'avérer utiles", explique Pascal Peduzzi, directeur de la base de données sur les ressources mondiales du PNUE à Genève.

Le World Environment Situation Room est un travail en cours, bien que des données sur la biodiversité, la pollution, les risques de catastrophe et le changement climatique soient déjà disponibles. Il est prévu que la base de données complète soit opérationnelle et sera lancée à la prochaine Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à la fin de l'année prochaine.

 

Raster of Active Fires frequency per square kilometre for the period 01/01/2019 - 26/08/2019, produced by GRID-Geneva. Data accessed in August 2019 at https://modius.gsfc.nasa.giv/data/dataprod/mod14.php
Fréquence des feux actifs par kilomètre carré pour la période 01/01/2019 - 26/08/2019, produite par GRID-Genève. Données consultées en août 2019 sur https://modius.gsfc.nasa.giv/data/dataprod/mod14.php 

"La disponibilité de données de qualité, accessibles, ouvertes, opportunes et ventilées est vitale pour la prise de décisions fondées sur des données probantes et la mise en œuvre intégrale du programme de développement à l'horizon 2030 et pour atteindre ses objectifs qui consistent à ne laisser personne à la traîne", déclare le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

De précieuses recherches et sources de données telles que la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis (en anglais), Global Forest Watch (en anglais), les données produites par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, MapX  (en anglais) élaboré par le PNUE/GRID-Genève et le PNUE/CMB, et qui est utilisé comme composante géospatiale de la Salle de situation sur l'environnement mondial), et les recherches du PNUE contenues dans des publications telles que les Foresight Briefs et le rapport Frontiers (ce dernier sur la question des nouvelles préoccupations environnementales), sont introduites dans la Salle de situation et génèrent des graphiques et d'autres outils de visualisation des données. Les recherches de données peuvent être effectuées par zone géographique, thème ou type de produit (par exemple, images satellitaires, graphiques ou cartes).

"La force du PNUE est que nous avons construit des fondations solides", dit M. Peduzzi. "Le PNUE préside le Bureau du management mondial d’information des Nations Unies (UN-GGIM) qui compte 25 agences de l'ONU. Nous mettons également en place le Partenariat mondial unique (One Global Partnership) avec 17 partenaires pour alimenter la Salle de crise et obtenir l'adhésion de l'ensemble du PNUE par le biais du groupe Agir comme une seule entité. Nous avons rassemblé 1 200 ensembles de données géospatiales au cours des deux dernières années".

 

Wildfires situation room One Global Partnership
Situation des feux de forêt selon le partenariat unique mondial. Image : PNUE

Cependant, il y a toujours place à l'amélioration. "Les feux de tourbière à venir sont difficiles à détecter par satellite ou par d'autres moyens ", explique M. Peduzzi.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Pascal Peduzzi ou Dianna.Kopansky