30 Jan 2020 Récit Ecosystems and Biodiversity

"Zones humides et biodiversité", thème de la Journée mondiale des zones humides 2020

Photo by Igor Stojović. Lake Ulcinj, Montenegro

La Journée mondiale des zones humides marque la date de l'adoption de la Convention sur les zones humides le 2 février 1971 dans la ville iranienne de Ramsar, sur les rives de la mer Caspienne.

Le thème de la Journée mondiale des zones humides 2020 est l'occasion de mettre en lumière la biodiversité des zones humides, son statut, son importance et de promouvoir des mesures pour inverser sa perte.

Selon la Convention de Ramsar, "les zones humides sont des : « étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres »". Les étangs à poissons, les rizières, les étangs de sédimentation des déchets ainsi que les désert de sel sont des zones humides créées par l'homme.

Les zones humides sont vitales pour l'homme, pour les autres écosystèmes et pour notre climat, car elles fournissent des services écosystémiques essentiels tels que la régulation de l'eau, notamment la maîtrise des inondations et la purification de l'eau. La biodiversité des zones humides est importante pour notre santé, notre approvisionnement alimentaire, le tourisme et l'emploi. Les zones humides absorbent également le dioxyde de carbone et contribuent ainsi à ralentir le réchauffement de la planète et à réduire la pollution, d'où leur surnom de "reins de la terre".

Bien qu'elles ne couvrent qu'environ 6 % de la surface terrestre, 40 % de toutes les espèces végétales et animales vivent ou se reproduisent dans des zones humides. Ce qui est inquiétant, c'est qu'elles disparaissent trois fois plus vite que les forêts en raison des activités humaines et du réchauffement climatique.

"Les zones humides sont des habitats multifonctionnels d'une valeur fantastique : elles abritent une grande diversité de vie, fournissent de l'eau et d'autres ressources, nous protègent des inondations et agissent comme des filtres géants qui atténuent la pollution", explique Corli Pretorius, directeur adjoint du Centre mondial de surveillance pour la conservation du Programme des Nations unies pour l'environnement. "La perte de zones humides due à la pression du développement a été énorme, mais ces écosystèmes peuvent être restaurés pour générer des bénéfices pour les hommes et la nature".

Les zones humides constituent une partie importante de la nature. Mais la nature décline à l'échelle mondiale à un rythme sans précédent dans l'histoire de l'humanité, et le rythme des extinctions d'espèces s'accélère, ce qui risque d'avoir de graves répercussions sur les populations du monde entier, selon un rapport (en anglais) historique de la Plateforme intergouvernementale science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

image
Un héron pourpré dans le lac Chilika, Orissa, Inde. Le lac est un site Ramsar. Le projet sur le cycle mondial des nutriments, financé par le Fonds pour l'environnement mondial et exécuté par le Bureau de coordination du Programme d'action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres, a contribué à l'élaboration de bulletins sur la santé des écosystèmes pour le lac Chilika en Inde et la Laguna de Bay aux Philippines. Les fiches de rapport rassemblent des données sur la qualité de l'environnement et les intègrent dans des ensembles de communication cohérents afin de soutenir les efforts de lutte contre la pollution. Photo : Wikimedia Commons

"La Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030 contribuera à la conservation et à la restauration des écosystèmes terrestres et marins, et les zones humides feront partie intégrante du tableau", affirme Musonda Mumba, expert des écosystèmes terrestres du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et président du Partenariat mondial pour la restauration des forêts et des paysages.

La troisième Assemblée des Nations unies pour l'environnement a adopté une résolution révolutionnaire et complète sur la protection et la restauration des écosystèmes liés à l'eau. Dans cette résolution, les États membres ont salué le Cadre pour la gestion des écosystèmes d'eau douce du PNUE (en anglais), qui aide les États à gérer durablement les écosystèmes d'eau douce. Ce faisant, il soutient les objectifs nationaux et internationaux liés aux écosystèmes d'eau douce, tels que certaines cibles de biodiversité d'Aichi et la cible 6.6 de l'objectif de développement durable 6, qui couvre les zones humides.

Le thème de la prochaine Assemblée des Nations unies pour l'environnement (UNEA 5), la plus haute instance décisionnelle du monde en matière d'environnement, prévue pour février 2021, est renforcer les mesures en faveur de la nature pour atteindre les objectifs de développement durable

Les zones humides sont également importantes en tant que lieux d'alimentation et de reproduction des oiseaux migrateurs. La 13e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS COP13) se tiendra à Gandhinagar, en Inde, du 15 au 22 février 2020, et aura pour thème : "Les espèces migratrices connectent la planète et ensemble nous les accueillons chez elles".

Pour plus d'informations, veuillez contacter Musonda Mumba : [email protected]