22 Oct 2019 Récit Ecosystems and Biodiversity

Pourquoi la gestion de l'azote est essentielle à l'atténuation des changements climatiques

Photo by Lynn Betts/ Wikimedia Commons

L'intérêt environnemental pour l'azote (N2), un composant essentiel de l'air que nous respirons, se concentre sur la conversion du N2 en d'autres formes chimiquement réactives. Certaines sont vitales pour la vie elle-même et d'autres causent une pollution à l'azote coûteuse et dangereuse.

"Dans l'ensemble, les êtres humains produisent un cocktail d'azote réactif qui menace la santé, le climat et les écosystèmes, faisant de l'azote l'un des problèmes de pollution les plus importants pour l'humanité", indique le rapport Frontières 2018-2019. "Pourtant, l'ampleur du problème reste largement inconnue et non reconnue en dehors des cercles scientifiques."

L'évaluation européenne sur l'azote a identifié cinq menaces clés de la pollution par l'azote : la qualité de l'eau, la qualité de l'air, le bilan gaz à effet de serre, les écosystèmes et la biodiversité.

La demande croissante dans les secteurs de l'agriculture, des transports, de l'industrie et de l'énergie a entraîné une forte croissance des niveaux de pollution par l'azote et des émissions de gaz à effet de serre connexes. L'oxyde nitreux (N2O) provenant de l'industrie et de la combustion, par exemple, est un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone.

image
Une centrale au charbon dans le Wyoming, É-U. La combustion de combustibles fossiles est une source majeure d'oxyde nitreux, un puissant gaz à effet de serre.
Photo : Greg Goebel de Loveland CO, USA/Wikimedia Commons,

 

"L'apport d'azote humain au sol, sous forme d'engrais, renforce l'effet de serre : environ 60 % de l'oxyde nitreux est émis par les champs fertilisés, les fumiers et d'autres sources agricoles ", explique Mahesh Pradhan, un expert en pollution par les nutriments du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Le ruissellement des engrais peut aussi causer la prolifération d'algues dans les lacs et les cours d'eau. Les proliférations d'algues émettent des gaz à effet de serre.

Les procédés de combustion des combustibles fossiles et de la biomasse libèrent de l'oxyde nitrique (NO) et du dioxyde d'azote (NO2), collectivement appelés NOx. Bien que des efforts importants aient été menés pour réduire les NOprovenant des véhicules et de la production d'énergie, les émissions continuent d'augmenter (en anglais) dans des régions du monde en rapide développement. Le NOx est un gaz à effet de serre indirect, car le dépôt de NOx émis entraîne une augmentation des émissions d'oxyde nitreux dans les écosystèmes naturels.  

"Il en va de même pour les émissions d'ammoniac (NH3) provenant de l'agriculture, qui finissent par atteindre les écosystèmes naturels, augmentant encore les émissions d'oxyde nitreux, tout en dégradant la biodiversité ", explique Mark Sutton (en anglais), expert international en azote au Centre for Ecology & Hydrology du Royaume-Uni à Édimbourg, Écosse.

"L'ammoniac réagit avec les produits de NOx pour former des particules secondaires (PM2.5). Les PM2.5 qui en résultent ont en fait un effet rafraîchissant sur le climat, car elles diffusent la lumière et favorisent la formation de nuages. Nous ne pouvons toutefois pas compter sur cet effet en raison des effets néfastes des PM2.5 sur la santé humaine, qui exacerbent les maladies respiratoires et coronariennes ", affirme Mark Sutton. 

Bien que relativement peu de recherches aient été menées spécifiquement sur la façon dont une meilleure gestion du cycle de l'azote peut avoir des effets bénéfiques pour l'atténuation du réchauffement planétaire, les experts estiment que des mesures pratiques sont possibles.

Changer les attitudes à l'égard de l'azote en Écosse

"L'azote réactif anthropique présente de multiples menaces de pollution qui ont des effets néfastes sur l'environnement terrestre, d'eau douce et marin, contribuant à la pollution atmosphérique et aux émissions de gaz à effet de serre ", affirme Mark Sutton. "Ce dont nous avons besoin maintenant, ce sont des politiques pratiques : l'Écosse, au Royaume-Uni, fait partie d'un petit nombre de pays qui relèvent le défi ", ajoute-t-il.

"L'Écosse est l'un des premiers pays à inclure un budget de l'azote dans son projet de loi de 2019 sur le changement climatique ", déclare Keesje Avis, spécialiste principale des politiques à Nourish Scotland, une organisation caritative qui a sensibilisé la population à cette question. "Le projet de loi vise à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de l'Écosse à zéro d'ici 2045."

Les attitudes à l'égard de l'utilisation de l'azote en Écosse évoluent au fur et à mesure que les parties prenantes prennent conscience de ses impacts plus larges. L'oxyde nitreux représentait 7,9 % des émissions de gaz à effet de serre de l'Écosse en 2017, dont 81 % d'origine agricole (en anglais).

La moitié de l'azote appliqué en Écosse est perdue dans l'environnement parce qu'il n'est pas utilisé. C'est un gaspillage des ressources et de l'argent des agriculteurs.

image
Les eaux de ruissellement causées par les pluies qui lavent les engrais des terres agricoles peuvent finir par polluer les lacs et provoquer des efflorescences d'algues qui émettent des gaz à effet de serre. Photo : Eric Vance, US EPA

Selon Keesje Avis, "En Écosse, les émissions liées à l'azote n'ont pas beaucoup évolué depuis 2007, ce qui montre que les politiques purement volontaires ne suffisent pas à inciter des changements". Keesje Avis est convaincue que la confiance est la clé : la confiance dans les individus, dans la science et dans les résultats escomptés, pas seulement pour cocher des cases. L'influence des individus est aussi très importante : il faut qu'il y ait de l'intérêt pour le sujet afin de mener des politiques justes, et non pas des politiques faciles. Keesje Avis préconise également l'utilisation de coalitions ou d'organisations existantes car la confiance dans ces organisations existe déjà. Un message clé est que la pollution diffuse est une perte pour le système. Les agriculteurs veulent être perçus comme étant bons dans ce qu'ils font, ils ne veulent pas perdre inutilement des nutriments et de l'argent.

"Reconnaître l'importance et les limites de l'azote pour nos systèmes agricoles et environnementaux est crucial pour le succès de nos agriculteurs et pour lutter contre le changement climatique ", affirme Keesje Avis.

"Le changement est toujours difficile, mais si nous possédons la science et la volonté et que la confiance dans les politiques existe enfin, il peut y avoir de vrais changements. Mais cela prend du temps. La pression doit aussi venir de divers endroits. Un grand nombre des acteurs impliqués dans le changement en Écosse venaient d'endroits différents et avaient un but commun. Plus la variété des acteurs est grande et leur message simple, plus les chances de succès sont grandes", explique-t-elle.

Le Gouvernement sri-lankais, le PNUE et le Système international de gestion de l'azote lanceront la Campagne mondiale des Nations Unies pour une gestion durable de l'azote sous la direction de la Présidente Sirisena les 23 et 24 octobre 2019.

La Conférence de Santiago sur les changements climatiques (COP 25) se tiendra à Santiago, au Chili, du 2 au 13 décembre. La présidente désignée pour la conférence est Carolina Schmidt Zaldivar (en anglais), ministre de l'Environnement du Chili. L'objectif de la conférence sera d'accroître les ambitions et d'accélérer l'action face à l'urgence climatique mondiale et de soutenir la mise en œuvre rapide de l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Mahesh Pradhan : [email protected]