Report

Rapport : Global Chemicals Outlook II: From Legacies to Innovative Solutions

The Global Chemicals Outlook II – From Legacies to Innovative Solutions: Implementing the 2030 Agenda for Sustainable Development, mandaté par l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement en 2016, vise à sensibiliser les décideurs et les autres parties prenantes au rôle essentiel de la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets dans le développement durable. développement. Il dresse l'inventaire des tendances mondiales ainsi que des progrès réalisés et des lacunes dans la réalisation de l'objectif mondial visant à réduire au minimum les effets néfastes des produits chimiques et des déchets d'ici 2020.

Selon le Global Chemicals Outlook II, l'objectif mondial de minimiser les effets néfastes des produits chimiques et des déchets ne sera pas atteint d'ici 2020. Des solutions existent, mais une action mondiale plus ambitieuse de la part de toutes les parties prenantes est urgente.

Le rapport de synthèse (Synthesis Report, en anglais) sera lancé le 11 mars 2019 lors de la quatrième session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement. Un plus court Résumé à l'intention des décideurs a été soumis en tant que document de travail pour la quatrième session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement et est disponible dans les six langues des Nations Unies. L'intégralité du Global Chemicals Outlook II sera lancé en avril 2019 lors de la troisième réunion du groupe de travail à composition non limitée de la Conférence internationale sur la gestion des produits chimiques.

Le Global Chemicals Outlook II a été préparée pendant trois dernières années durant dans le cadre d’un processus auquel ont participé plus de 400 scientifiques et experts du monde entier, sous la direction du comité directeur du Global Chemicals Outlook II, avec la participation de toutes les régions et d’un large éventail de parties prenantes. Le rapport a été élaboré en réponse à la décision 27/12 du Conseil d'administration, adoptée en 2013, et à la résolution 2/7 de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, adoptée en 2016.