29 Jan 2019 Story Cities and lifestyles

Votre téléphone est-il vraiment intelligent ?

Les smartphones ont révolutionné notre vie quotidienne. De la messagerie instantanée à la possibilité d'interagir avec le monde entier, ils offrent un moyen de communication abordable moderne, rapide et efficace.

Mais à quel point nos téléphones sont-ils intelligents en ce qui concerne les conséquences sur l'environnement ? Savez-vous ce qu'il y a dans votre smartphone ?

Les grands acteurs du secteur des technologies ont pris des mesures importantes pour assainir leur législation, mais des préoccupations environnementales, sociales et économiques, en particulier en ce qui concerne les droits de l'homme, subsistent en ce qui concerne l'extraction de métaux précieux en général.

L'or, l'argent, le cobalt, l'étain, le tantale, le tungstène et le cuivre sont tous des composants essentiels des téléphones mobiles et d'autres appareils électriques que nous utilisons quotidiennement. L'exploitation minière étant l'un des plus grands consommateurs de fioul lourd, l'extraction contribue de manière significative aux changements climatiques.

image
Désiré Koffi, artiste de 24 ans, tient dans ses mains des claviers de téléphone jetés dans son atelier à Abidjan, où il convertit les téléphones en art. Photo : REUTERS / Luc Gnago

Empreinte environnementale

La sensibilisation du public peut contribuer dans une certaine mesure à promouvoir un secteur minier contribuant au développement socio-économique durable. Bien que les effets négatifs de l’exploitation minière soient inévitables, beaucoup d’entre eux peuvent être évités tout au long du cycle minier.

Nos smartphones comptent parmi les plus gourmands en ressources de la planète. Ils contiennent également du palladium et du platine, ainsi que d'autres métaux moins précieux mais tout de même coûteux comme l’aluminium et d’autres matériaux rares, difficiles à extraire.

Pourtant, la plupart des entreprises ne rendent publiques que très peu d'informations sur leurs fournisseurs, ne révèlent pas leur performance écologiques et dissimulent les conséquences de leur activité sur l'environnement. Il existe également un manque de transparence et d'urgence dans la lutte contre les déchets électroniques sur le plan mondial.

Malgré les matériaux précieux contenus dans les appareils électroniques, l’industrie électronique génère chaque année jusqu’à 41 millions de tonnes de déchets électroniques. Moins de 16% des volumes mondiaux de déchets électroniques sont recyclés au sein du secteur formel. 

image
Une œuvre d'art réalisée avec des claviers de téléphone jetés est présentée dans l'atelier de l'artiste Desire Koffi, âgé de 24 ans, à Abidjan. Photo : REUTERS / Luc Gnago

 

Penser au-delà de notre empreinte téléphonique

Avec 300 tonnes d’or utilisées chaque année par le secteur des appareils électroniques dans son ensemble, les équipements électroniques en fin de vie offrent une « mine urbaine » et un potentiel de recyclage considérable pour l’approvisionnement secondaire en or.

Feng Wang, responsable de programme à ONU Environnement pour la réflexion sur le cycle de vie et la consommation et la production durables, a déclaré:

« Au-delà de l’empreinte carbone, la principale préoccupation environnementale en matière de déchets électroniques est l’impact sur l'environnement d’un produit à la fin de sa vie. Les pratiques de recyclage, en particulier dans les pays en développement, signifient que la pollution par les matières et les métaux dangereux dans les décharges a de graves conséquences pour l'environnement local et les travailleurs informels.

Le rapport d'ONU Environnement intitulé « Criminalité liée aux déchets - Risques liés aux déchets » souligne que les déchets électroniques (équipements électriques, y compris ordinateurs, téléphones portables, téléviseurs et réfrigérateurs) émettent également du mercure toxique, de l'arsenic, du plomb-zinc et des retardateurs de flamme bromés.
 

image
Désir Koffi, artiste de 24 ans, pose à côté de ses œuvres lors d'une exposition à Abidjan. Photo : REUTERS / Luc Gnago

Rendre nos téléphones plus intelligents

Pourtant, environ 80% de l'empreinte carbone d'un smartphone se produit au cours du processus de fabrication, 16% étant destinés aux consommateurs et 3% aux transports.

À mesure que la demande pour les smartphones augmente, la durée de vie des appareils diminue. Des téléphones intelligents de plus en plus sophistiqués sont jetés. La rude concurrence pousse les entreprises de téléphonie mobile à produire le prochain téléphone, le meilleur, le plus récent, le plus mince et le plus intelligent.

« La durée de vie des produits est de plus en plus courte et donc moins durable », déclare Feng Wang. « Nous pouvons tous jouer un rôle, en recyclant, en revendant ou en donnant nos smartphones à des organisations responsables. Mais recycler ou acheter moins de modèles ne sera pas suffisant pour résoudre le problème. »

En 2016, environ 435 000 tonnes de téléphones mobiles ont été jetés dans le monde entier, avec un coût estimé à 10,7 milliards de dollars en matières premières. Si tous les téléphones avaient une durée de vie plus longue et pouvaient pénétrer sur le marché de l'occasion, leur valeur pourrait être encore plus élevée.

« Le taux de remplacement rapide des smartphones en raison du développement technique et de la stratégie de marché est insoutenable, générant souvent un gaspillage inutile d'appareils entièrement opérationnels », ajoute Feng Wang.

De plus, en raison de la sécurité des données et de l’attachement émotionnel des gens pour leurs appareils, la plupart des gens choisissent de ranger leurs déchets et leurs téléphones obsolètes dans leurs tiroirs, au lieu de les entreposer dans des points de collecte ou de les faire recycler de manière responsable.

Pour que nos téléphones soient vraiment intelligents, il ne suffit pas de les recycler, d’utiliser ou de recycler les matériaux qu’ils contiennent. Mais il faut qu'ils soient conçus pour durer : réduire notre empreinte téléphonique et concevoir des modèles durables qui éliminent les déchets à long terme.

En amont de la tenue de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement en mars prochain, ONU Environnement exhorte tout un chacun à penser à la planète et à vivre simplement. Rejoignez le débat sur les réseaux sociaux en utilisant le mot-dièse #SolutionsInnovantes pour partager vos histoires et découvrir ce que font les autres afin d'assurer un avenir durable à notre planète.