18 Oct 2018 Story Education & environment

Sortir les personnes de la pauvreté en investissant dans des entreprises durables

Reuters

La désertification et la dégradation des terres ne sont pas des phénomènes récents dans le fragile écosystème du Sahel, une bande de terre semi-aride située au sud du désert du Sahara. Les changements climatiques modifieront probablement profondément le climat de la région, notamment en augmentant brutalement les précipitations, ce qui ajoutent encore à la complexité de la vie quotidienne des habitants du Sahel.

Une croissance économique respectueuse de l'environnement figure parmi les stratégies pour surmonter ces défis et les entrepreneurs locaux se tournent de plus en plus vers des industries durables pour améliorer leurs moyens de subsistance.

Le beurre de karité, appelé localement karité, est un ingrédient essentiel présent dans de nombreuses crèmes hydratantes. Il est extrait des noix du karité qui pousse de manière indigène dans le Sahel et constitue une source principale d’emplois et de revenus pour des millions de personnes, en particulier des femmes. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) estime qu'environ trois millions de femmes africaines bénéficient directement ou indirectement de la production de beurre de karité.

Le Burkina Faso est l'un des principaux pays producteurs de noix de karité et les exportations de produits à base de karité représentent une source de revenus importante.

Félicité Yameogo, qui vit au Burkina Faso, est la directrice de New Karikis International et l'une des femmes entrepreneurs qui ont bénéficie de cette activité, essentielle à l'autonomisation des femmes de la région. « Grâce à ce projet, des milliers de femmes sortent de la pauvreté », a déclaré Mme Yameogo.

New Karikis International, l'un des bénéficiaires du projet SWITCH-Africa Green, est une petite entreprise qui produit et exporte des noix de karité, du beurre de karité biologique et des produits cosmétiques au beurre de karité. La société propose également des formations et des conseils aux agriculteurs et aux entreprises du secteur.

Félicité Yameogo s'est entretenu avec ONU Environnement lors du Forum régional SWITCH-Africa Green, récemment tenu à Ouagadougou, au Burkina Faso, à propos de son expérience et sa transition vers une entreprise respectueuse de l'environnement. « L’accès au financement et au marché reste un défi pour les petites entreprises. Il est parfois beaucoup plus facile d'exporter à l'étranger qu'au sein de notre marché régional », déclare Mme Yameogo. « ONU Environnement et l'Union européenne, par le biais du projet Switch Africa Green, nous aident à nouer des contacts avec des banques, des donateurs et d'autres acteurs susceptibles de nous aider à développer nos activités de manière plus durable. »

Grâce à des initiatives telles que SWITCH-Africa Green, les femmes africaines peuvent s'organiser en coopératives pour récolter, produire et exporter des produits à base de karité. Après un démarrage réussi, de nombreuses femmes entrepreneurs cherchent maintenant à étendre leurs activités à d'autres pays de la région et au-delà.

Le programme SWITCH-Africa Green, financé par l'Union européenne en partenariat avec ONU Environnement, appuie les pays africains dans leur transition vers une économie verte et encourage les pratiques de consommation et de production durables. Jusqu'à présent, le projet a aidé des milliers de petites et moyennes entreprises africaines à créer des entreprises durables et à se sortir et sortir leurs communautés de la pauvreté. 

Pour davantage d'informations, veuillez contracter : Mohamed Atani, responsable de la communication, ONU Environnement, bureau Afrique - Tél. +254727531253