15 Jan 2019 Story Biosafety

Science et société : prendre garde à la fracture

Cold seed storage: Photo by Petr Kosina, Flickr

Les réglementations internationales ne parviennent pas à suivre le rythme époustouflant des nouvelles découvertes scientifiques et des applications potentielles « sauvages ».

Dans nos vies quotidiennes, nous ne savons jamais vraiment ce qui nous attend. Y a-t-il quelque chose que nous faisons, une technologie que nous utilisons, qui pourrait un jour nous causer du tort ou menacer notre existence?

Lorsque les scientifiques ont découvert que la couche d'ozone était en train de s'appauvrir, les décideurs ont tenu compte des avertissements concernant les dommages causés à l'environnement et à la santé humaine et un accord international a été conclu pour faciliter la prise de mesures correctives.

La science est à double tranchant : elle peut apporter d’énormes avantages aux humains, mais en même temps, elle avoir des conséquences non prévues et parfois néfastes.

Aujourd'hui, les scientifiques utilisent de nouveaux outils tels que l'impression 3D, l'intelligence artificielle et des ordinateurs, des microscopes et des satellites de plus en plus puissants pour mieux comprendre notre monde. Ils découvrent des solutions possibles aux défis que nous connaissons et découvrent les nouveaux défis.

Bien que les recherches scientifiques novatrices offrent la possibilité de résoudre bon nombre des problèmes liés aux changements climatiques et aux écosystèmes auxquels nous sommes confrontés, il faut faire attention à ne pas générer un Frankenstein. Il est donc important que la société dans son ensemble comprenne les implications mondiales des nouvelles découvertes et que les gouvernements s'accordent sur des réglementations conformes au principe de précaution.

En vertu de ce principe, une évaluation rigoureuse des risques et la prise en compte de la diversité des points de vue des parties prenantes devraient être appliquées au développement et au traitement d’applications et de produits innovants. Le principe de précaution stipule que, lorsque des activités humaines peuvent entraîner un préjudice inacceptable, scientifiquement plausible mais incertain, des mesures doivent être prises pour éviter ou atténuer ce préjudice.

ONU Environnement s’intéresse en particulier aux implications potentiellement mondiales des dernières découvertes scientifiques. À cette fin, nous collaborons avec des scientifiques et des organisations du monde entier afin de mettre en avant auprès des décideurs des gouvernements et des entreprises et de la société civile les défis émergents les plus importants et leur fournir les connaissances et les options nécessaires pour agir rapidement.

Au niveau micro, des découvertes étonnantes ont récemment eu lieu. Par exemple, la conservation des semences est cruciale étant donné le rythme sans précédent auquel le monde perd des espèces végétales : environ une espèce sur cinq risque de disparaître.

La Stratégie mondiale pour la conservation des plantes exige que 75% des espèces de plantes menacées soient conservées ex situ d’ici à 2020. Toutefois, la mise en banque de semences (où les graines sont séchées et stockées dans des coffres réfrigérés à - 20 ° C) n’est pas une option pour de nombreuses plantes menacées telles que le chêne, le châtaignier et les avocatiers. Ces arbres ont des graines sensibles à la dessiccation et meurent si elles sont desséchées. Selon les modèles publiés dans la revue Nature Plants, 36% des espèces de plantes en danger critique d'extinction, 33% de tous les arbres et environ 10% des plantes médicinales entrent dans cette catégorie.

Des techniques alternatives sont donc nécessaires. Les chercheurs étudient la cryoconservation de ces semences difficiles à stocker, notamment des produits de base comme le café et le cacao. La cryoconservation consiste à retirer l'embryon de la plante du reste de la graine, puis à le congeler à très basse température dans de l'azote liquide.

Pendant ce temps, aux États-Unis, des scientifiques ont montré comment générer de petites quantités d’électricité à partir d’un champignon couvert de bactéries.

image
Les champignons pourraient-ils générer de l'énergie propre dans le futur? Photo : Pxhere

Des chercheurs du Stevens Institute of Technology, aux États-Unis, ont eu recours à l’impression 3D pour attacher des groupes d’insectes producteurs d’énergie à un champignon de Paris. Ils ont fabriqué un champignon « bionique » en le surchargeant avec des groupes de cyanobactéries (un groupe de bactéries photosynthétiques) imprimées en 3D qui génèrent de l'électricité et des tourbillons de nanorubans de graphène capables de collecter le courant. Le champignon, un champignon parasite, fournit un environnement dans lequel les cyanobactéries peuvent vivre plusieurs jours de plus que sur un champignon en silicone et mort avec des commandes appropriées. De telles découvertes laissent entrevoir la possibilité d'exploiter les bactéries d'une nouvelle manière pour générer de l'énergie propre à l'avenir.

Biologie de synthèse

ONU Environnement et ses partenaires ont relevé le défi que représente la technologie de génie génétique de pointe connue sous le nom de biologie synthétique. Saviez-vous que les scientifiques peuvent modifier des micro-organismes tels que E. coli en réécrivant leur code génétique pour les transformer en minuscules usines vivantes produisant du biocarburant ? Ou bien que la levure de boulanger peut également être re-programmée et créer un médicament anti-paludéen appelé artémisinine, qui provient normalement de l’absinthe douce ?

La Convention sur la diversité biologique définit la biologie synthétique comme un développement et une nouvelle dimension de la biotechnologie moderne associant science, technologie et ingénierie pour faciliter et accélérer la compréhension, la conception, la re-conception, la fabrication et / ou la modification de matériels génétiques, d'organismes vivants et de systèmes biologiques.

image
CRISPR-Cas9 est un outil personnalisable qui permet aux scientifiques de prélever et d’insérer de petits morceaux d’ADN à des endroits précis le long d’une branche d’ADN. Photo de l'Institut national de recherche sur le génome humain, Betheseda, MD, États-Unis

Cependant, la libération intentionnelle ou accidentelle d'organismes modifiés par génie génétique dans l'environnement pourrait avoir des effets négatifs importants sur la santé humaine et l'environnement.

« Une mauvaise utilisation de ces technologies et l’absence de prise en compte de conséquences imprévues pourraient causer des dommages environnementaux irréversibles et constituer une menace géopolitique significative », affirme Pinya Sarasas, spécialiste d'ONU Environnement, qui a coordonné le rapport Frontières. « Les conséquences potentielles de la biologie synthétique sur la société exigent des méthodes de gouvernance et des directives de recherche qui favorisent son utilisation éthique et responsable. »

La biologie synthétique a été identifiée comme un problème émergent aux implications potentiellement mondiales. En tant que telle, elle figurera aux côtés de la gouvernance de la géo-ingénierie, des tourbières de pergélisol, de la mal-adaptation (actions pouvant accroître le risque d'effets néfastes sur le climat), de l'économie circulaire de l'azote et de la connectivité des paysages dans le rapport phare Frontières 2019 qui sera publié par ONU Environnement en mars 2019.

Pour davantage d'informations, veuillez contacter Pinya Sarasas