26 Sep 2018 Story Climate change

S'attaquer au problème le plus urgent au monde : la viande

Beyond Meat

Impossible Foods et Beyond Meat sont les lauréats du prix Champions de la Terre, dans la catégorie Science et innovation.

Depuis la préhistoire, les humains ont eu recours aux animaux pour transformer la biomasse végétale en aliments très précieux, riches en nutriments, comme la viande et les produits laitiers. Ces aliments sont une source nutritionnelle importante et l'un des plus grands plaisir de la vie quotidienne de milliards de personnes à travers le monde.

Mais le recours aux animaux comme technologie de production alimentaire nous a menés au bord de la catastrophe. L’impact destructeur de l’élevage animal sur notre environnement dépasse de loin celui de toute autre technologie sur Terre, selon Ethan Brown et Patrick O. Brown.

L'empreinte carbone de l'élevage animal est comparable à celle des voitures, camions, bus, bateaux, avions et fusées, affirment-ils. Il est impossible d'atteindre les objectifs climatiques signés à Paris sans une réduction massive de la taille de l'industrie de l'élevage, ajoutent-ils.

L’ampleur du problème a poussé deux entrepreneurs à agir. Ethan Brown a fondé Beyond Meat en 2009 et Patrick O’Reilly Brown a fondé Impossible Foods en 2011. Tous deux croient que la "viande" à base de plantes est un produit d'avenir.

Les citoyens du monde ont la possibilité d'éliminer le besoin d'animaux du système alimentaire en obtenant les protéines nécessaires à partir de plantes, affirment les fondateurs. Ethan Brown et Patrick O’Reilly Brown ont été nommés Champions de la Terre 2018 dans la catégorie science et innovation pour leur travail de pionnier visant à réduire notre dépendance aux aliments d'origine animale.

Ethan Brown, fondateur et chef de la direction, Beyond Meat

Enfant, Ethan Brown s’intéresse de plus en plus à la question suivante : quelles sont les différences biologiques significatives qui expliquent que nous mangeons certains animaux et pas d'autres ? Il n'a jamais réussi à résoudre ce problème.

Ce problème a continué de le ronger à l’université et dans ses travaux dans le secteur des énergies propres. À ce moment-là, ce dilemme était accompagné d'autres questions : quel est le moyen le plus efficace de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, l'élevage n'en est-il pas le principal contributeur ? Environ 80% des terres agricoles servent à nourrir le bétail ou sont transformés en pâturages, existe-t-il un meilleur moyen de produire des protéines ? Certaines quantités et types de protéines animales sont-ils nocifs pour la santé ?

« Ces quatre domaines de questionnement ne cessaient de me revenir à l'esprit : la santé, le changement climatique, les ressources naturelles et les conséquences du recours aux animaux pour la production de viande sur le bien-être animal. Et ce qui m'a fasciné, c'est qu'il est possible de répondre à toutes ces préoccupations de manière simultanée en changeant simplement notre source de protéines en passant de la viande des animaux et en adoptant les produits à base de plantes. Si nous changeons notre façon de penser pour nous concentrer sur la composition de la viande par rapport à son origine animale, nous pouvons aborder le problème selon une autre perspective », explique M. Brown.

image

La viande est si inefficace…

En travaillant avec des scientifiques de haut niveau, les équipes ont décomposés les composants essentiels de la viande et les ont pu en obtenir de similaires à partir de plantes grâce à des ingrédients tels que les pois, la betterave, l'huile de noix de coco et la fécule de pomme de terre.

« La viande est composée d'acides aminés, d'eau, de lipides, de glucides, et de minéraux. Les animaux utilisent leurs systèmes digestif et musculaire pour transformer la végétation et l'eau en viande. Nous allons directement à l’usine, sans passer par les animaux et nous fabriquons de la viande directement. Nous nous améliorons chaque année et nous poursuivons sans relâche l'élaboration parfaite et indiscernable de viande à partir de plantes », affirme M. Brown.

« Le maïs, le soja et le blé dominent l'agriculture en Amérique. Nous pouvons changer cela. Prenez le même morceau de terre pour cultiver des protéines directement à partir de plantes et nous pouvons réduire les ressources naturelles nécessaires, puis utiliser plus efficacement la terre. »

Selon une étude menée par l'Université du Michigan, l'élaboration d'un "Beyond Burger" d'un quart de livre requière 99% d'eau en moins, 93% de terres agricoles en moins et génère 90% d'émissions de gaz à effet de serre en moins que son équivalent à partir de viande de boeuf.

« Ce qui est clair, c’est que la façon dont nous produisons de la viande aujourd’hui n’est pas viable. Nous repoussons les limites à la fois des ressources naturelles et de notre atmosphère », explique M. Brown. « Nous pensons qu'en transposant les superficies actuellement consacrées à l'alimentation animale dans la production de protéaginteux pour la consommation humaine, nous pouvons apporter un changement radical d'efficacité, une innovation indispensable et une croissance économique durable aux économies rurales des États-Unis et à l'étranger. »

Dr. Patrick O. Brown, fondateur et directeur général, Impossible Foods

Membre de l'Académie nationale de médecine et professeur de biochimie à l'université de Stanford en 2009, Patrick O. Brown a pris un congé sabbatique. Il souhaitait évaluer quels étaient les problèmes mondiaux les plus urgents et ceux qu’il pourrait aider à résoudre.

Avoir recours aux animaux pour se nourrir constitue la grande majorité de l'empreinte carbone de l'humanité. Tous les bâtiments, routes et surfaces pavées du monde occupent moins de 1% de la surface terrestre, tandis que plus de 45% de la surface terrestre sont utilisés comme pâturages ou pour la production de fourrage pour le bétail.

À moins d’agir rapidement pour réduire ou éliminer le recours aux animaux comme technologie de production au sein du système alimentaire, a expliqué M. O. Brown, nous courons au désastre écologique. L’objectif d’Impossible Foods est ambitieux : réduire l’impact destructeur de l’humanité sur l’environnement mondial, remplacer l’utilisation des animaux en tant que technologie de production alimentaire et éliminer totalement le recours aux animaux en tant que technologie de production alimentaire d’ici 2035.

« Le problème le plus urgent pour moi était le recours aux animaux comme technologie de production alimentaire : la technologie la plus destructrice sur terre », affirme-t-il. M. O. Brown n'a pas peur de perturber le statu quo, il a en effet déjà transformé le système de publication scientifique en fondant la Public Library of Science (PLOS).

image

Rendre la viande meilleure

« S'il y a une chose que j’ai apprise, c’est que les grands problèmes mondiaux ne sont pas la responsabilité de quelqu'un d’autre. Ce problème ne sera pas résolu en demandant aux consommateurs de manger des haricots et du tofu au lieu de la viande et du poisson. Et il ne suffirait pas de trouver un meilleur moyen de fabriquer de la viande, pour réussir, il faut élaborer la meilleure viande au monde. »

L'équipe a fait une découverte importante : l'hème, « l'ingrédient magique », une molécule contenant du fer qui se trouve naturellement dans chaque cellule de chaque animal et de chaque plante. Ce composant est responsable des saveurs et des arômes uniques de la viande.

M. O. Brown et son équipe ont découvert qu'en ajoutant un gène végétal aux cellules de levure, ils pouvaient produire de l'hème en quantités illimitées, tout en ayant un impact environnemental minime. La fabrication d'un "Impossible Burger" requière environ 75% d'eau et 95% de terres en moins et génère environ 87% d'émissions de gaz à effet de serre en moins que les hamburgers à la viande de boeuf.

« Sur la base de tout ce que nous avons appris, il ne fait aucun doute que l’utilisation des animaux en tant que technologie de production alimentaire sera bientôt dépassée. La fabrication de viande à partir de plantes est non seulement beaucoup moins destructrice pour l'environnement, mais elle permettra aussi à la viande d'être meilleure, plus saine, diversifiée et abordable. En élaborant la meilleure viande au monde, en laissant le choix du consommateur de conduire le changement, l'utilisation des animaux comme technologie alimentaire ne sera bientôt plus qu'un vieux souvenir. »