12 Nov 2018 Story Cities and lifestyles

Pour une mode durable (loin de la mode éphémère)

L'industrie de la mode s’articule autour des dernières tendances, mais elle n'a pas encore adopté la seule tendance qui compte vraiment : modifier radicalement nos modes de consommation pour assurer la survie de la planète.

L'industrie de la mode génère 20% des eaux usées et 10% des émissions de carbone mondiales, à savoir plus que les émissions générées par tous les vols internationaux et le transport maritime. La teinture des textiles est le deuxième facteur de la pollution de l'eau dans le monde. 2 000 litres d’eau sont nécessaires pour fabriquer un jean.

Chaque seconde, l’équivalent d’une benne remplie de vêtements est enfouie ou brûlée. Si rien ne change, le secteur de la mode comptera pour un quart du budget carbone mondial à l'horizon 2050. Laver ses vêtements contribue également à libérer un demi-million de tonnes de microfibres dans l'océan chaque année .

Par ailleurs, il faut également parler du coût humain : les ouvriers travaillant dans le secteur du textile reçoivent souvent un salaire dérisoire et sont contraints de travailler de longues heures dans des conditions épouvantables. Alors que les consommateurs exigent que le secteur change, le monde de la mode réagit enfin en s'appuyant sur des stars, telles que la duchesse Meghan Markle, montrant la voie à suivre en matière de choix de vêtements et de créateurs qui cherchent à briser le modèle de la mode éphémère.

« La plupart des détaillants de mode s’intéressent maintenant au développement durable et ont mis en place des initiatives visant à réduire l’impact négatif de la mode sur l’environnement », a déclaré Patsy Perry, maître de conférences en marketing de la mode à l’Université de Manchester. L’année dernière, la Britannique Stella McCartney s’est associée à la Fondation Ellen MacArthur pour la production d'un rapport sur les nouvelles voie à adopter pour l’avenir de la mode.

« Cependant, le modèle commercial de la mode éphémère, qui génère des revenus basés sur la vente de plus de produits, pose toujours un problème fondamental. Les détaillants doivent donc proposer en permanence de nouvelles collections. Il serait irréaliste d’attendre des consommateurs qu’ils arrêtent de faire du shopping. Par conséquent, j’espérerais davantage de développement et une adoption plus large de méthodes de production plus durables, telles que la teinture sans eau, l’utilisation des déchets comme matière première et le développement de technologies innovantes. solutions au problème des déchets textiles », dit-elle.

Des solutions novatrices pour relever les défis environnementaux seront au cœur de la quatrième Assemblée des Nations Unies pour l'environnement, en mars prochain. Le thème de la conférence est de penser à la planète et de vivre simplement : un message qui résonnera pour les créateurs de mode et les détaillants qui cherchent à réformer leur secteur.

image
Photo : Reuters

ONU Environnement lancera officiellement l'Alliance des Nations Unies pour une mode durable lors de la réunion en mars, afin d'encourager le secteur privé, les gouvernements et les organisations non gouvernementales à inciter le secteur à agir dans son ensemble pour réduire l'impact négatif de la mode sur les plans social, économique et environnemental et devenir un moteur de la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

Au sein des Nations Unies, plusieurs agences s’emploient à rendre la mode plus durable : l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture dans le but de protéger les terres arables, l’Initiative pour une mode éthique mise en place par le Centre du commerce international et ONU Environnement pour encourager les pratiques de fabrication durables.

Certains entrepreneurs ont déjà commencé à concevoir la mode de l'avenir :

  • En Espagne,Ecoalf produit des chaussures à partir d’algues et de plastique recyclé dans le cadre de sa collection Upcycling the Oceans. Fondée par Javier Goyeneche en 2012, Ecoalf ramasse les plastiques océaniques dans 33 ports et transforme les déchets en chaussures, vêtements et sacs.
     
  • À Amsterdam, GumDrop ramasse des chewing-gums pour les transformer en un nouveau type de caoutchouc, Gum-tec, qui est ensuite utilisé pour fabriquer des chaussures en collaboration avec le groupe de marketing I Amsterdam et la société de mode Explicit. Selon GumDrop, environ 1,50 million de kilos de chewing-gums se retrouvent chaque année sur les trottoirs et routes d’Amsterdam, dont le nettoyage coûte des millions de dollars à la ville. Il faut environ 1 kilo de chewing-gums pour fabriquer quatre paires de baskets.
     
  • La marque de vêtements et d'équipement pour sport de plein air Patagonia, basé en Californie, produit des vestes en molleton en polyester fabriqué à partir de bouteilles recyclées depuis 1993, en collaboration avec Polartec, un designer textile basé au Massachusetts. La marque encourage également les acheteurs à n'acheter que ce dont ils ont besoin, et s'engage à réparer et recycler les vieux articles.
     
  • Nudie Jeans, entreprise basée à Göteborg, fabrique ses jeans à partir de coton biologique et offre leur réparation gratuite à vie. Les clients bénéficient également d'une réduction quand rapportent leur vieux jeans usagés en magasin.
     
  • La société cambodgienne Tonlé se sert du surplus de tissu en provenance de grands fabricants de vêtements pour l'élaboration de ses collections "zéro déchet". Plus de 97% du tissu commandé est utilisé pour la confection des vêtements et les 3% restants sont transformés en papier.
     
  • Aux Pays-Bas, Wintervacht transforme des couvertures et des rideaux en manteaux et en vestes. Les designers Yoni van Oorsouw et Manon van Hoeckel trouvent leurs matières premières dans des brocantes et des centres de tri qui reçoivent des dons. Indosole, basé à San Francisco et à Bali, transforme des pneus usés en chaussures, sandales et tongs, tandis que la société suisse Freitag fabrique de sacs et sacs à dos à partir de bâches, de ceintures de sécurité et de chambres à air.
     
  • À New York, Queen of Raw met en relation des designers, des architectes et des entreprises textiles dotées d'un stock inutilisés de tissus durables en provenance d’usines, de grandes marques et de détaillants. Selon Queen of Raw, des tissus inutilisés d’une valeur de plus de 120 milliards de dollars américains sont stockés dans des entrepôts avant d’être brûlés ou enterrés.
     
  • Novel Supply, établie au Canada, élabore des vêtements conçus à partir de tissus naturels et biologiques et élabore un programme de reprise visant à trouver d'autres moyens d'utiliser les vêtements à la fin de leur vie. Pour la fondatrice Kaya Dorey, lauréate du prix « Jeune championne de la Terre » décernée par ONU Environnement en 2017, l'objectif est de créer un modèle de mode sans déchets, en boucle fermée.
     
  • Le détaillant H&M a lancé un programme réussi pour récupérer des vêtements. En octobre, le fabricant de jeans et de vêtements Guess, a annoncé son partenariat avec i:Collect, qui récupère, trie et recycle des vêtements et des chaussures dans le monde entier, afin de lancer un programme de recyclage de vêtements aux États-Unis. Les clients qui apportent au moins cinq vêtements ou chaussures bénéficieront de réductions. Les articles à porter seront recyclés en tant que biens d’occasion, tandis que les articles qui ne peuvent pas se porter seront transformés en nouveaux produits tels que des chiffons de nettoyage ou en fibres pour des produits isolants.

image
Kaya Dorey : ONU Environnement

Certains font valoir que le recyclage est lui même un gros consommateur d'énergie et ne tient pas compte de notre culture du jetable : le nombre de fois où un vêtement est porté a diminué de 36% en 15 ans. Une solution pourrait cependant remédier à ce problème grâce au marché de la location de vêtements. La firme néerlandaise Mud Jeans qui loue des jeans biologiques pouvant être conservés, échangés ou restitués, Rent the Runway, Girl Meets Dress et YCloset en Chine figurent parmi les pionniers dans ce domaine.

« Le modèle de location de vêtements est clairement une bonne idée pour le marché haut de gamme : les consommateurs n’ont peut-être pas l’intention de porter une robe de cérémonie plus d’une fois… Mais en bas de gamme, c’est trop facile d’aller en ligne et de pouvoir acheter un produit tendance », affirme Patsy Perry. « Pour que le système de location réussisse sur ce segment du marché, les entreprises devront proposer un choix suffisant de marques et de styles qui plaisent aux consommateurs et les incitent à ne plus acheter. De plus, le service de location devra être fluide et irréprochable. »

Son meilleur conseil mode ? Le minimalisme est la vraie tendance.

« Conservez vos vêtements plus longtemps afin de réduire leur empreinte environnementale et ne pas être tenté d'acheter de nouveaux articles qui auront également un impact sur l'environnement et nécessitent des ressources pour leur confection. Cela réduit également l'impact des vêtements jetés sur l'environnement alors qu'ils sont en bon état mais non désirés. »

----

En amont de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement qui aura lieu en mars prochain, ONU Environnement nous exhorte tous à penser à la planète et à vivre simplement. Rejoignez le débat sur les médias sociaux en utilisant le mot-dièse #SolutionsInnovantes, partagez vos récits et découvrez ce que font les autres pour assurer un avenir durable à notre planète.