11 Jan 2018 Story Ecosystems

Le sultanat d'Oman tire de grands bénéfices de la restauration de ses mangroves

Photo by Wahid for UN Environment

De nombreuses preuves historiques et archéologiques démontrent l'existence de denses forêts de palétuviers recouvrant autrefois une grande partie du littoral et des îles d'Oman. Désormais, les efforts pour restaurer l'habitat naturel des palétuviers commencent à porter leurs fruits : ils fournissent à nouveau du fourrage destinés aux chameaux, du bois d'oeuvre, un air plus propre, des zones de pêche plus productives, une résistance à la salinité et une protection contre les tempêtes.

Depuis les années 2000, le gouvernement travaille avec l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) pour replanter des semis de palétuviers dans sept des onze gouvernorats du pays.

« C'est une activité pionnière qui peut inciter le développement d'une stratégie régionale pour la gestion des écosystèmes marins et côtiers, et sa future mise en œuvre future », a déclaré Kanako Hasegawa, experte en matière d'écosystèmes à ONU Environnement.

L'Organisation régionale pour la protection du milieu marin (ROPME - dont les membres se constituent de la République islamique d'Iran, de l'Iraq, du Koweït, de l'Oman, du Qatar, du Koweït et des Émirats arabes unis), la JICA et l'ONU oeuvrent en collaboration afin de soutenir les États membres dans leur choix stratégiques.

Les mollusques, les crabes ainsi qu'une grande variété de poissons abondent dans les nombreux chenaux, criques, et vasières omanais associés à cet habitat. Ces espèces s'abritent dans les racines des palétuviers et se nourrissent de détritus des feuilles de l'arbre.

“Au cours des dernières années, les habitants sont devenus de plus en plus conscients de la valeur et de l'importance des écosystèmes de mangrove et participent de manière croissante aux efforts de plantation de semis de palétuviers."

Le gouvernement protège les mangroves existantes, organise, coordonne et met en œuvre la plantation de semis et mène des campagnes de sensibilisation à travers le pays. Le replantation de palétuviers en Oman est une tâche ardue : une fois que le site de transplantation est correctement sélectionné, 70 à 80% des plants semés se transforment en palétuviers. Après une durée de cinq ans, les semis se transforment en arbres et démarrent leur processus de germination naturel.

« Notre priorité est de conserver les forêts existantes et de les agrandir en plantant de nouveaux semis », explique Aziza Saud Al Adhubi, planificateur environnemental du Département de la conservation de l'environnement marin du ministère de l'Environnement et des Affaires climatiques.

L'objectif de ce projet ambitieux à long terme est de planter environ 1 million de plants de palétuviers. Environ 700 000 plants ont été semés jusqu'à présent.

 

Mangrove nursery
Pépinière de palétuviers en Oman (Photo de Wahid pour ONU Environnement)

Qui en tirera les bénéfices ?

Les communautés locales situées le long de la côte bénéficieront de la régénération progressive des écosystèmes sains perdus au cours des dernières décennies. Les mangroves sont des lieux de reproduction pour de nombreuses espèces de poissons et d'autres animaux, elles absorbent également le dioxyde de carbone, contribuant ainsi à atténuer l'impact des émissions de gaz à effet de serre. Elles protègent la rive de l'érosion côtière. Les promenades de mangrove peuvent également être une attraction touristique, apportant des revenus supplémentaires aux habitants.

« Au cours des dernières années, les habitants sont devenus de plus en plus conscients de la valeur et de l'importance des écosystèmes de mangrove et participent de manière croissante aux efforts de plantation de semis de palétuviers », explique Aziza Saud Al Adhubi. 

La réserve de Qurm située près de la capitale Mascate ("les poumons de Muscat", selon les habitants) est une frayère pour de nombreuses espèces juveniles et commerciales de poissons dont le mulet, le chano, les courbines, les vivaneaux, les cragnidés et la dorade. Il a été déclaré site de zone humide Ramsar d'importance internationale en 2013 et fait l'objet d'une large publicité en tant que destination écotouristique.

Le Sultanat d'Oman a rejoint la Campagne pour des Océans Propres d'ONU Environnement en novembre dernier. C'est le deuxième pays arabe à le faire, après la Jordanie. Le gouvernement planifie une série de nettoyages de plage pour appuyer la campagne.

Ressources supplémentaires

The Importance of mangroves to people: A call to action

Mangrove conservation, Kenyan style

Mangroves in the spotlight

Coastal crisis: Mangroves at risk

Guidelines for the Management of Nature-Based Tourism Activities at Qurm Nature Reserve

Pour davantage d'informations veuillez contacter [email protected] ou [email protected]