29 Aug 2018 Story Oceans & seas

Le guide d'un spécialiste des requins pour leur conservation

Credit: Gibbs Kuguru.

Gibbs Kuguru est un chercheur et défenseur des requins reconnu et lauréat de plusieurs prix. Après avoir passé des années à mener des recherches sur les requins au large des côtes d'Afrique du Sud, Gibbs s'est installé au Kenya pour poursuivre sa passion sur les requins et combler les lacunes des données marines existantes.  SOn but est d'utiliser des outils et des techniques pouvant être mis en œuvre dans le domaine de la conservation en Afrique. Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’eau, dont le thème est « L’eau, les écosystèmes et le développement humain », M. Kuguru partage avec nous les trois points les plus notables de ses recherches.

  1. Nous sommes tous responsables de l'environnement

Notre existence dépend de celle de l'océan. La destruction des océans détruira notre mode de vie. Il faut développer et soutenir des technologies qui facilitent nos vie tout en améliorant la santé de l'environnement. Par exemple, les industries devraient assumer la responsabilité de leurs émissions de plastique ou de carbone.

image
Kuguru estime que le partage de la recherche est crucial pour le changement. Crédit: Lilian van Kesteren.

Je pense que la sensibilisation à l'utilisation efficace de nos ressources environnementales est la clé pour garantir la protection de notre planète. Nous devons mieux éduquer nos enfants, afin qu'ils puissent acquérir une meilleure connaissance scientifique. Tout le monde peut commencer par trouver une chose à changer dans leur vie. Vous pouvez ne pas manger de viande un jour par semaine ou refuser les plastiques à usage unique. Commencez petit, et une fois que vous vous y habituez, intégrez quelque chose d'autre dans votre vie. De petites étapes mèneront vers un grand changement.

  1. Les scientifiques sont également des citoyens, la participation de toute la communauté a des effets puissants

En tant que scientifique, nous sommes censés censé être objectifs et présenter des faits. Mais j'estime que les scientifiques ont également la responsabilité d'interpréter les données pour les décideurs afin que ceux-ci puissent prendre des décisions pratiques et informées. Les actions pratiques nécessitent la participation de la communauté et du gouvernement.

Transformer les travaux de recherche en politiques commence par s’assurer que les décideurs comprennent ce que vous essayez d’accomplir. Par exemple, l'idée du code à barres ADN est un outil qui permet de prélever un petit morceau de tissu sur les requins et de différencier les espèces en fonction de quelques caractères du code génétique de manière rentable. Avec cette technique, je pourrais aller à n'importe quel marché de poisson, prélever un petit morceau de chair ou d'aileron de requins vendus par un des commerçants et identifier si certaines des espèces sont commercialisées illégalement. Cet outil peut être utilisé en Afrique pour permettre aux pays de faire le suivi des poissons et des requins qu'ils consomment et protéger les stocks menacés.

imeage
Enquêter dans les grandes profondeurs pour collecter des données marines. Crédit: Jo Hurford.

En tant que généticien, il est de ma responsabilité de faire connaître aux décideurs l’énorme potentiel de la recherche basée sur l’ADN, de protéger les stocks menacés et d'imposer l'idée d'un suivi du commerce des requins. Il est également important d'impliquer le public dans la création d'outils et de solutions, afin que les résultats soient pertinents pour les communautés. C'est ce que je fais le long des côtes du Kenya, avec des organisations telles qu'Ocean Sole.

  1. Forgez votre propre chemin et préparez-vous à l'inattendu

Mon initiation à la conservation marine a commencé par un bulletin universitaire qui disait : « Venez plonger avec de grands requins blancs en Afrique du Sud ! » Malgré mon immense peur des requins, je me suis inscrit. Cette décision m'a donné des sueurs froides rien que d'y penser. Puis, le premier jour sur le bateau de plongée en cage, j'ai vu mon premier requin. Je suis tombé amoureux. À partir de ce moment, je savais comment je voulais passer mes journées.

Comme tout le monde, je voulais étudier les grands requins blancs, souvent considérés comme les espèces de requins les plus charismatiques. Mais avec plus de 20 espèces différentes, j'ai décidé de faire des recherches sur le requin-marteau commun moins connu. Le chemin à parcourir était faiblement éclairé, car on en savait très peu sur cette espèce, mais ce voyage a été extraordinnaire. J'ai beaucoup appris en tant que scientifique, mais aussi en tant que citoyen de notre planète bleue. C'est une responsabilité incroyable de s'assurer que cette espèce menacée d'extinction doit survivre.

Mes découvertes les plus intéressantes sont celles qui contredisent mes attentes initiales. En étudiant les requins, ma compréhension de leur nature complexe a évolué, de même ma perception des requins est passée de la peur à la vénération. Je pense qu'il est important que tout le monde ait un lien avec la nature pour découvrir ce qui les émerveille. Le monde naturel ne se comporte pas toujours de manière prévisible et c’est ce qui le rend beau.