17 Jul 2019 Story Energie

La ville de Medellín explore des solutions basées sur la nature pour rafraîchir les personnes et la planète

Cet été, alors que les températures sont montées en flèche en Europe, en Inde, en Égypte et dans de nombreux autres pays, la première réaction des personnes qui ont accès aux systèmes de refroidissement a souvent été de mettre en marche la climatisation.

Bien que la climatisation apporte un soulagement à court terme, cela ne peut pas être une solution viable à long terme pour notre planète qui se réchauffe. L'augmentation de l'utilisation des systèmes de climatisation et d'autres systèmes de refroidissement entraîne une forte augmentation de la demande en énergie. Ce qui entraîne des changements climatiques et des températures plus élevées.

Cependant, il existe d'autres possibilités, comme le montre Medellín, la deuxième ville de la Colombie, en adoptant des solutions basées sur la nature. Les solutions basées sur la nature sont définies par l'Union internationale pour la conservation de la nature comme « des actions visant à protéger, gérer durablement et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés pour relever les défis de la société de manière efficace et adaptative, apportant simultanément des avantages en termes de bien-être humain et de biodiversité ».

Medellín, comme de nombreuses autres villes, connaît une hausse des températures, aggravée par l’effet îlot de chaleur urbain : le béton et le tarmac absorbent l’énergie solaire, la diffusent sous forme de chaleur et maintiennent des températures élevées dans la ville longtemps après le coucher du soleil.

Avec le projet Green Corridor, qui a remporté le prix Ashden Award 2019 pour le refroidissement par la nature, soutenu par le programme d'efficacité du refroidissement de Kigali et en partenariat avec Sustainable Energy for All, les autorités de la ville de Medellín ont transformé les bordures de 18 routes et de 12 voies navigables en un paradis vert qui a permis de réduire les effets d'îlot thermique.

« Lorsque nous avons pris la décision d'implanter les 30 corridors verts, nous nous sommes concentrés sur les zones où il manquait le plus d'espaces verts », explique le maire Federico Gutiérrez. « Grâce à cette intervention, nous avons réussi à réduire la température de plus de 2 ° C et les citoyens le ressentent déjà. »

« Le projet Green Corridor est un excellent exemple de la façon dont les urbanistes et les gouvernements peuvent s'appuyer sur la nature pour concevoir des espaces urbains intelligents », déclare Juan Bello, chef de la division d'ONU Environnement en Colombie. « La surveillance sera essentielle pour continuer à démontrer les avantages multiples de cette approche au fil du temps. »

L'efficacité de cette approche est bien documentée. Les parcs urbains peuvent réduire la température ambiante de jour d'environ 1 ° C en moyenne. Milan, qui a subi des coupures de courant en raison de la demande d'air conditionné pendant la canicule estivale, prévoit de planter trois millions d'arbres d'ici 2050 afin de réduire l'effet d'îlot thermique et d'améliorer la qualité de l'air. Les toits verts peuvent contribuer à réduire la consommation d’énergie de 10 à 15%. Dans des villes comme Athènes, il est prouvé que cette technique peut réduire de 66% les charges de refroidissement élevés dans les bâtiments.

« La ville de Medellín et beaucoup d’autres montrent comment atténuer les effets des changements climatiques et comment s'y adapter grâce à des solutions basées sur la nature », affirme Martina Otto, chef de l’Unité Villes d’ONU Environnement. « Les villes devront s’employer sérieusement à déployer de telles solutions pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. »

Les émissions issues du secteur du refroidissement devraient augmenter de 90% par rapport à 2017 d'ici 2050. Le seul refroidissement des locaux consommera autant d'électricité que la Chine et l'Inde aujourd'hui.

image

« À mesure que les températures mondiales augmentent, rester au frais est un problème de santé de plus en plus urgent, les villes étant particulièrement à risque », explique Dan Hamza-Goodacre, directeur exécutif du programme d'efficacité du refroidissement de Kigali. « Une planification urbaine intelligente peut jouer un rôle crucial en fournissant des solutions de refroidissement telles que des toits verts et des corridors verts ou des normes plus strictes en matière de conception de bâtiment qui améliorent l'efficacité et le refroidissement passif. »

Les solutions basées sur la nature ne représentent toutefois qu'une partie des solutions. La Cool Coalition, qui regroupe des gouvernements, des entreprises, la société civile et des organisations internationales, adopte une approche en cinq volets pour réduire au minimum les émissions du secteur.

La coalition s'emploie à éviter le besoin de refroidissement actif grâce à des solutions basées sur la nature, aux bâtiments intelligents et à la conception urbaine. Son objectif est de transformer le refroidissement en énergie renouvelable, notamment par le biais du refroidissement urbain et des chaînes du froid alimentées par l'énergie solaire.

La coalition s'emploie également à accroître l'efficacité du refroidissement conventionnel en tirant parti de l'amendement de Kigali. Elle vise également à protéger les personnes vulnérables des effets de la chaleur extrême et de la rupture des chaînes du froid dans les domaines médical et agricole, et à tirer parti de toute coopération possible.

Il est temps que tous rejoignent le mouvement le plus cool de la planète et fassent leur propre différence.

 

Pour plus d'information veuillez contacter Sophie Loran, Cool Coalition.