31 Jul 2019 Story Air

La mousse qui absorbe la pollution atmosphérique nettoie les points chauds en Europe

Lorsque Peter Sänger, âgé de 26 ans, et Liang Wu, âgé de 34 ans, se sont rencontrés, ils ont tout de suite compris qu'ils avaient quelque chose en commun. Ces deux fervents activistes de la lutte contre la pollution de l’air pensent que si on ne peut pas la mesurer, on ne peut pas la combattre.   

C’est pourquoi ils ont fondé Green City Solutions : « La solution pour améliorer de manière significative l’air des villes ». Leur invention, le CityTree, sert à la fois de purificateur d’air et sont en plus spectaculaires. La conception de ces « arbres » repose sur des recherches scientifiques : ils sont constitués de panneaux plats verticaux disséminés autour des villes d'Europe, absorbent la pollution de l'air et font office de bancs pour les piétons. 

Sänger et Wu ont pour vision un monde dans lequel les citadins peuvent vivre sainement. Ils aspirent à créer des conditions de vie permettant à tous les peuples du monde d'avoir un air plus pur et respirable.

image
La nature peut nous aider à surmonter de nombreux problèmes environnementaux causés par l'homme. Photo de Green City Solutions

La mousse filtre naturellement les polluants de l'air de manière très efficace. En utilisant une technologie à distance, le CityTree combine ce facteur de purification de l'air de mousse avec une technologie à distance pour augmenter le flux d'air à travers les « arbres ». Cela leur permet d'absorber et de nettoyer plus d'air que la normale, et la quantité filtrée peut être augmentée en fonction du niveau de pollution mesuré à différents moments de la journée.

L’entreprise allemande de technologies vertes est financée par la Commission européenne afin de mettre en place un réseau CityTree de 15 nouvelles unités dans les zones de pollution de Berlin l’année prochaine et le tester scientifiquement.

image
Le co-fondateur de Green City Solutions, Liang Wu, âgé de 34 ans. Photo de Green City Solutions

Tim Christophersen, responsable de la division Eau douce, terres et climat à ONU Environnement, affirme que, dans la perspective du Sommet Action Climate 2019, qui se concentrera sur les changements climatiques et les villes, les solutions basées sur la nature et la résilience aux changements climatiques, les arbres, sont de plus en plus reconnus comme une ressource vitale.

« La nature peut nous aider à surmonter de nombreux problèmes environnementaux créés par l'homme, et nous avons besoin de solutions créatives. Le CityTree peut être déployé dans les points chauds de la pollution atmosphérique et peut s'avérer être un ajout intéressant  aux arbres et aux espaces verts urbains, dans lesquels les villes devraient également investir. »

Nous avons discuté avec les cofondateurs de la société de technologies vertes Green City Solutions, plusieurs fois primée, et les inventeurs de CityTree, Sänger et Wu, afin de découvrir ce qui les avait inspirés dans leur mission de lutte contre l'air pollué et les avons interrogés sur leurs projets pour l'avenir.

Qu'est-ce qui vous a poussés à lutter contre la pollution de l'air et pourquoi pensez-vous qu'il s'agit d'un problème ?

Chaque jour, 90% des habitants des villes respirent un air pollué, responsable de décès et de maladies. Les principaux composants de la pollution atmosphérique sont les oxydes d'azote, l'ozone et en particulier les poussières fines ou les particules, qui raccourcissent tous notre durée de vie. Dans le même temps, la population mondiale s’installe dans des zones urbaines en nombre sans précédent.

 

image
Peter Sänger, co-fondateur de Green City Solutions âgé de 26 ans. Photo de Green City Solutions

Comment l'entreprise Green City Solutions a-t-elle débuté ?

Green City Solutions est basée sur une amitié de longue date. En voyageant indépendamment l'un de l'autre en Asie et en Europe du Sud, nous avons expérimenté les conséquences négatives de l'air pollué et de l'accumulation massive de chaleur dans les régions métropolitaines et avons commencé à rechercher des solutions écologiques et économiques. Nous avons fondé Green City Solutions en mars 2014 avec une équipe d'experts en architecture, informatique, ingénierie et en horticulture. Notre ambition était et reste d'améliorer la qualité de l'air en milieu urbain grâce à une solution hautement efficace et durable pour améliorer la qualité de vie des citadins.

Quels défis avez-vous rencontrés en cours de route et comment les avez-vous surmontés ?

Inventer et introduire une nouvelle technologie nécessite toujours beaucoup d’énergie : il faut convaincre les gens et faire preuve d'une passion sans limites, ainsi que disposer de fonds suffisants et du soutien de partenaires et d’institutions. La clé de la réussite est de vraiment croire en votre solution et d'avoir une vision suffisamment grande et importante pour vous motiver, vous et votre équipe.

Pouvez-vous faire part des effets positifs de la mise en œuvre de votre projet jusqu'à présent ?

Nous avons fabriqué et vendu avec succès 50 unités de la première génération de notre CityTree à des villes et des entreprises de toute l'Europe. Cela a été un énorme succès et nous a fourni de nombreuses informations précieuses ainsi que des données extrêmement utiles.

 

image
Inventer et introduire une nouvelle technologie nécessite toujours beaucoup d’énergie, de conviction ainsi qu'une passion sans limites. Photo de Green City Solutions

Où avez-vous l'intention d'exporter votre invention ?

Nos CityTrees se trouvent déjà en Norvège, en France, en Allemagne, en Belgique, en Macédoine et à Hong Kong. Notre produit a également été temporairement déployé à l'occasion de nombreuses conférences, expositions et événements dans des villes allemandes grâce à son design mobile et indépendant.

Comment mesurez-vous l’efficacité des arbres, quelle quantité de pollution de l'air absorbent-ils ?

Notre CityTree est breveté, il est constitué d'un filtre en mousse muni d'une ventilation intégrée, d'un système d’irrigation et de capteurs pour capturer les données environnementales. Les cultures de mousse absorbent littéralement les particules fines et le dioxyde d'azote de l'air, compensant ainsi de nombreuses tonnes d'équivalent CO2 par an. Nous mesurons et testons notre filtre en coopération avec de nombreuses institutions scientifiques telles que l’Institut de traitement de l’air et de réfrigération de Dresde afin de mesurer son efficacité.

Quel est votre espoir pour l’avenir en matière de lutte contre la pollution de l’air ?

Nous avons constamment amélioré et développé notre technologie et, à compter de ce mois, notre nouvelle génération de produits, désormais évolutive et adaptable, est disponible. Nous espérons trouver bientôt les bons clients et partenaires pour étendre notre solution afin qu'elle devienne un élément naturel de tout bâtiment ou infrastructure. Notre filtre à mousse peut être adapté à n'importe quel environnement. La construction contient des capteurs collectant des données environnementales et climatiques pour réguler et contrôler l’unité et assurer la survie de la mousse. Grâce à nos innovations et améliorations techniques, la nouvelle génération de filtres ne nécessitera que quelques heures de maintenance par an. Mais il faudra plus d'efforts de la part des gouvernements, des corporations, des villes et de chacun d'entre nous pour changer la situation. Notre solution n'est qu'une pièce du puzzle.

 

Les finalistes régionaux des Jeunes Champions de la Terre ont été annoncés ! Les gagnants seront annoncés en septembre lors du Sommet sur le climat présidé par le Secrétaire général. Restez à l'écoute, et pourquoi ne pas postuler en janvier 2020 ? Le prix Jeunes champions de la Terre est sponsorisé par Covestro.