24 Sep 2018 Story Oceans & seas

Jeune Champion de la Terre, lauréat de la région Amérique latine et les Caraïbes

Gator Halpern est le jeune champion de la terre 2018 de la région l'Amérique latine et les Caraïbes. Le Prix des Jeunes Champions de la Terre est rendu possible grâce à Covestro.

Gator et sa société Coral Vita ont reçu de nombreux prix. Gator a été sélectionné comme l'une des 30 personnalités Forbes de moins de 30 ans, il bénéficie de la bourse Echoing Green, il a reçu prix de l’innovation JM Kaplan, il est incubateur Halcyon, il a reçu le prix WeWork Creator, il figure dans le programme Fast Company World Changing Idea et a reçu première bourse d’innovation verte de Yale University. Suivez-les sur : @CoralVitaReefs

Coral Vita : redonner vie à nos récifs

Je me souviens de la première fois que j'ai vu un récif de corail mort. J'étais au Honduras et les couleurs sous-marines vibrantes se déployaient comme un tapis de néon sur le fond marin. Le soleil se reflétait sur les écailles des poissons alors qu’ils nageaint entre les coraux rouges et jaunes. Puis les couleurs ont disparu et j'étais horrifié : j'étais confronté à un cimetière de coraux blancs et morts. Un champ de squelettes de coraux recouvert d'algues s'étendait à perte de vue.

J'ai grandi à San Diego, en Californie, et j'ai passé beaucoup de temps dans les vagues et à la plage. Je suis dévasté par l'idée que l'un des écosystèmes les plus importants de notre océan puisse mourir. Je me suis alors souvenu de la fois où j'avais rendu visite à une communauté maya indigène dans la jungle Lacandon au Mexique. Après des semaines de vie en harmonie avec la nature, sur le chemin du retour, j'ai vu des colonnes de fumée s'élever au-dessus de la jungle : la forêt vierge avait été abattue et brûlée pour en faire des pâturages.

Cette industrie envahissante met les moyens de subsistance traditionnels des communautés qui vivent dans une jungle de plus en plus réduite en péril. Je ne comprenais pas pourquoi nos modes de vie étaient si nuisibles à nos écosystèmes. Pourquoi modifions-nous définitivement l'équilibre de la nature pour satisfaire nos désirs à court terme ? Que pouvais-je faire pour faire une différence ?

Des écosystèmes fantastiques menacés

Je me suis inscrit à la Yale School of Forestry and Environmental Studies pour étudier la gestion de l'environnement, déterminé à faire quelque chose pour mettre un terme à nos habitudes destructrices. Plus j'en apprenais, plus j'en étais convaincu : on estime que plus de 90% de nos coraux mourront d’ici 2050. Je refusais de rédiger un article nécrologique pour raconter le déclin des récifs.

Les récifs coralliens sont parmi les écosystèmes les plus riches en biodiversité de la planète. Ils contribuent à la survie d'environ 25% de la vie marine. Leur dégradation menace un milliard de personnes à travers le monde : les communautés de pêcheurs et leurs familles, les riverains exposés à de fortes ondes de tempête et les économies nationales dépendantes des attractions liées aux récifs. Ces récifs sont des zones de reproduction pour les poissons tropicaux, générant 30 milliards de dollars par an en tourisme, pêche et protection des côtes.

À Yale, j'ai rencontré Sam Teicher, aujourd'hui mon associé. Il m'a parlé de ses expériences à l'Île Maurice, où il a contribué à organiser un projet de restauration de récifs pour restaurer un lagon, évitant ainsi aux pêcheurs locaux de parcourir des kilomètres pour pêcher. Il est rapidement devenu évident que la restauration des récifs traditionnels - à savoir la croissance des coraux dans l'océan - est trop lente. La croissance d'une colonie de coraux de la taille d'un ballon de basketball dans l'océan pourrait prendre entre 50 à 75 années. À ce moment-là, les récifs de notre monde seront probablement déjà morts.

image
Gator Halpern : prendre des mesures pour restaurer les récifs coraliens. Photo : Coral Vita.

Élargir ses perspectives

Nous souhaitions mener la restauration de récifs à une échelle sans précédent : Sam et moi avons décidé d'élargir nos perspectives à la recherche de solutions. Nous nous sommes rendus en voiture aux Florida Keys, avons dormi à l'arrière d'une camionnette et avons organisé des réunions avec des scientifiques toute la journée. Notre recherche a porté ses fruits : nous avons fait la connaissance de scientifiques de haut niveau travaillant sur une technologie capable de multiplier par cinquante la vitesse de croissance des coraux.

La technologie dont nous nous servons permet de cultiver des coraux de la taille d’un ballon de basket en seulement un an. Nos fermes terrestres nous permettent de cultiver des millions de coraux sur un seul site, accélérant ainsi la croissance d’une plus grande variété d’espèces de coraux que l’agriculture corallienne traditionnelle. Il est également possible d'acclimater les coraux à des océans plus chauds et plus acides qui menacent leur survie, de sorte qu'ils résistent mieux lorsque nous les replaçons dans l'océan.

En 3 ans, Coral Vita est passé d'une idée à la première entreprise commerciale d’agriculture corallienne terrestre. Nous avons établi un partenariat avec des instituts de marine de premier plan pour développer des relations avec les régulateurs et les praticiens de l’espace de restauration des récifs et avons engagé des scientifiques de haut niveau.

En voie de rétablissement

Nous pensons qu’un secteur axé sur le marché est le seul moyen de faire face à l'ampleur énorme de la dégradation des récifs. Notre communauté mondiale - y compris les gouvernements, les promoteurs côtiers, les banques et les compagnies d'assurance - doit investir dans la restauration à grande échelle.

Nous avons recueilli plus de 1,5 million de dollars d’investissements et sommes en train de construire une installation de restauration de récifs, une attraction éco-touristique et un centre d’éducation à Freeport, à Grand Bahama. Nous avons commencé petit, avec une ferme capable de cultiver environ 3 000 colonies de coraux chaque année, mais nous visons à restaurer des kilomètres entier de côtes.

Nos projets de restauration bénéficient directement aux communautés grâce à l'augmentation des stocks de poissons, souvent une source de protéines essentielle, à la protection des rives de l'érosion et des ondes de tempête, au développement du tourisme et à la création d'emplois. Sans mesures drastiques pour les restaurer et leur permettre de survivre, les récifs coralliens continueront à mourir et les communautés du monde entier souffriront énormément de leur perte.

Suivez le parcours des Jeunes champions de la Terre sur les réseaux sociaux avec les mots-dièse #YoungChamps et #JeunesChampions.