03 Oct 2018 Story Ecosystems

Faire tendre l'industrie minière mondiale vers la préservation de la biodiversité

Talings dam, Alberta, Canada, wikipedia

ONU Environnement et ses partenaires travaillent en collaboration avec les entreprises pour mettre en avant les avantages que présentent de meilleures pratiques respectueuses de la biodiversité dans le secteur minier.

Les exploitations minières mal gérées peuvent être responsables de la pollution de l’environnement et participent à endommager la biodiversité indispensable aux économies en fournissant des denrées alimentaires, du combustible, des matériaux de construction et de l’eau douce, et en contribuant à atténuer les effets du changement climatique et des catastrophes naturelles.

Des écosystèmes sains sont également nécessaires aux opérations des sociétés minières : un approvisionnement en eau fiable et, dans les zones côtières, une protection contre les ondes de tempête - ce que peuvent fournir les mangroves - sont cruciaux.

Le secteur minier, qu'il s'agisse de l'extraction de la bauxite, du fer, du cuivre, du charbon, des diamants, de l'étain ou des métaux rares, devrait connaître une croissance importante au cours des 30 prochaines années. Il se trouve au cœur des prévisions de croissance du développement économique national et est également susceptible de connaître des changements importants.

« Une transition énergétique mondiale visant à lutter contre le changement climatique créera des marchés nouveaux et vitaux pour les matières extraites », a déclaré Matt Jones, expert du Centre mondial de surveillance de la conservation d'ONU Environnement.

« Si nous souhaitons soutenir la technologie des batteries destinées aux véhicules électriques, nous avons besoin de lithium. La construction de panneaux solaires et d'éoliennes dépend des matières extraites. Alors que nous continuons à plaider en faveur de taux de recyclage plus élevés de ces métaux, il faudra en extraire beaucoup pour soutenir un changement global. »

Pour parvenir à une exploitation minière durable, il est nécessaire pour les entreprises de mieux comprendre et apprécier la valeur de la biodiversité pour leurs opérations à long terme et pour les communautés locales.

image
Mine de cuivre de Nchanga, Zambie. Photo : Wikipedia

Que signifie « intégrer la biodiversité » dans les pratiques ?

La Convention sur la diversité biologique a ouvert le débat sur la manière dont la prise en compte de la diversité biologique dans les politiques et approches peut devenir une pratique courante dans les secteurs de l'énergie et des mines. Ces discussions sont appuyées par le Centre mondial de surveillance de la conservation d'ONU Environnement. Cette question, appelée « intégration » de la biodiversité, sera débattue lors de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, qui aura lieu à Charm el-Cheikh, en novembre 2018, pour laquelle les parties à la Convention sur la diversité biologique se réuniront.

ONU Environnement et ses partenaires collaborent avec la Convention sur la diversité biologique pour faire évoluer les mentalités et mettre en évidence l'importance de la préservation de la biodiversité. Les entreprises extractives de premier plan et le Centre de surveillance de la conservation de la nature d'ONU Environnement collaborent dans le cadre du projet Proteus pour « Améliorer les données mondiales et renforcer les approches commerciales pour la gestion de la biodiversité » afin de fournir aux entreprises les informations nécessaires sur la biodiversité et encourager une prise de décisions informée.

« En tant que pionniers dans le secteur des mines et des métaux, nous produisons des matériaux essentiels au progrès humain », explique Theresia Ott, conseillère principale du groupe Environnement pour Rio Tinto. « Nous voulons minimiser l’impact de nos activités sur l’environnement, nous faisons donc partie du partenariat Proteus. Cette collaboration avec le Centre mondial de surveillance de la conservation de la nature d'ONU Environnement fournit des données et des outils, tels que l’outil intégré d’évaluation de la biodiversité, afin de dépister les effets potentiels de la biodiversité sur nos sites et dans leurs alentours. »

image
Mine de lignite en Hongrie. Photo : Wikipedia

Les entreprises doivent prendre en compte tous les impacts environnementaux. « Il est important de prendre en compte les impacts directs, indirects, induits et cumulatifs sur la biodiversité et les services écosystémiques tout au long du cycle de vie d'un projet minier, y compris l'exploration, la construction, l'exploitation, la fermeture, la post-fermeture et son héritage », a déclaré Janyl Moldalieva, coordinateur du Hub des Nations Unies pour les ressources extractives pour l'environnement.

Pour une prise en compte de la biodiversité généralisée dans leurs opérations, les entreprises doivent pouvoir accéder à de bons indicateurs. C'est un défi pour beaucoup d'entre elles. Jusqu'à présent, ces mesures ont toujours été axées sur les processus (combien de plans d'action sont en place ?) Et non sur les performances (la biodiversité s'améliore-t-elle ou empire-t-elle sur les sites de projet ?). Le Centre de surveillance de la conservation de la nature d'ONU Environnement est sur le point de lancer un projet pilote qui implique de travailler avec les entreprises sur leurs sites afin de pouvoir mesurer les performances de la biodiversité, pas seulement les politiques.

« Les entreprises doivent suivre une hiérarchie stricte pour éviter, minimiser, restaurer et ensuite compenser les impacts résiduels significatifs sur la biodiversité et les services écosystémiques. C’est une bonne pratique de l’industrie et la base de toutes les approches robustes fondées sur le risque pour la gestion et l’atténuation des impacts des opérations minières », affirme Matt Jones.

La biodiversité, constituée à la fois par des bactéries et des champignons, des plantes exotiques, des lémuriens et des requins et d'écosystèmes entiers dont nous dépendons tous pour notre survie, affiche un déclin continu dans toutes les régions du monde.

Des mesures supplémentaires importantes sont nécessaires pour atteindre les objectifs d'Aichi relatifs à la diversité biologique et les objectifs de la Convention sur la diversité biologique. Un principe fondamental de la Convention est la participation effective des peuples autochtones et des communautés locales à toutes les questions qui les concernent et qui relèvent de son mandat. Le secteur minier doit faire partie de la solution.

Pour davantage d'informations, veuillez contacter Janyl Moldalieva