22 Mar 2018 Story Water

Erik Solheim : la crise de l'eau du Cap doit stimuler la prise de mesures mondiales

Le Cap est en crise. La sécheresse prolongée, l'augmentation de la demande en eau et le manque de planification coordonnée se sont combinés pour créer un scénario apocalyptique dans lequel la ville est à court d'eau. Le résultat en est une ruée vers une solution rapide à un problème qui existe depuis des années.

Il est temps de reconnaître qu'il s'agit un défi à long terme. En partie à cause d'une période de sécheresse anormalement longue et en partie à cause d'un manque de partage d'informations à différents niveaux, le Cap s'est réveillé trop tard au vu de la gravité de sa situation hydrique. Le Cap n'est néanmoins pas la seule ville a être dans cette situation.

Vivre dans un monde frappé papr les changements climatiques signifie que nous devons nous attendre à voir plus de schémas anormaux de précipitations qu'au cours des dernières années. Ces nouveaux modèles de précipations ont prouvé les limites de la capacité de stockage des barrages du Cap et de ses plans annuels d'attribution d'eau.

Cape Town water queue
Des habitants du Cap font la queue pour aller chercher de l'eau alors que les craintes causées par la crise de l'eau de la ville se multiplient. Reuters

Le Cap n'est qu'un des exemples extrêmes des défis auxquels de nombreuses villes sont confrontées, mais il ne devrait pas en être ainsi. À mesure que les populations grandissent, leur demande traditionnelle en nourriture, en énergie et en eau potable suivent ce rythme, ce qui exerce une pression accrue sur les systèmes naturels qui les entourent.

L'eau est nécessaire pour à peu près tout ce que nous faisons. Ainsi, la pression exercée pour aboutir au développement de nouveaux systèmes et nourrir un appétit en eau croissant se traduit souvent par des mesures qui finissent par imposer un stress trop important sur l'approvisionnement en eau. Des mesures telles que l'assèchement des zones humides, la déforestation, la surexploitation des eaux souterraines, la production d'eaux usées et l'augmentation de la pollution due à l'agriculture et à l'industrie ont toutes des conséquences néfastes.

Le Cap n'est qu'un exemple extrême des défis auxquels de nombreuses villes sont confrontées, mais il ne devrait pas en être ainsi.

Beaucoup peut être fait pour améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'eau, en particulier dans l'agriculture qui utilise 70% de l'eau douce facilement accessible dans le monde. Passer aux méthodes d'irrigation par goutte-à-goutte peut considérablement augmenter le "rendement par goutte d'eau" des cultures. Des méthodes de mesure plus intelligentes peuvent détecter les pertes dans les systèmes d'eau et déterminer où le débit d'eau et la qualité de l'eau se trouvent en-deçà des niveaux normaux.

Dans le même temps, l'amélioration du stockage de l'eau, comme la collecte des eaux pluviales, est un autre outil important. Tout comme la réutilisation de l'eau. Dans les régions en développement - où près de 92% des eaux usées ne sont actuellement pas traitées - il y a d'énormes progrès à réaliser dans les pratiques mondiales de traitement de l'eau. Ces pratiques permettraient d'augmenter la quantité d'eau disponible pour des activités telles que l'industrie, l'irrigation ou, selon le niveau de traitement, la consommation d'eau.

Cape Town drought
Le sable souffle dans une zone normalement submergée du barrage de Theewaterskloof près du Cap. Reuters

Nous oeuvrons dans le monde entier pour aider les pays à protéger et restaurer les écosystèmes liés à l'eau afin qu'ils conservent leur fonctionnalité et continuent à fournir des services essentiels tels que l'eau potable, l'agriculture et l'énergie. Cela nécessite des plans de gestion tenant compte de tous les secteurs et des besoins liés à l'utilisation de l'eau. Cela signifie également qu'il faut s'attaquer à l'égalité de l'accès à l'eau, à l'efficacité de l'eau et aux effets des catastrophes liées à l'eau telles que la sécheresse et les inondations.

ONU Environnement suit la situation au Cap avec inquiétude - mais aussi avec espoir. En effet, la ville a le potentiel de servir d'exemple et de démontrer comment une grande zone urbaine peut répondre avec succès à une crise majeure de l'eau.

Il est encourageant de voir une meilleure coordination dans les secteurs à forte consommation d'eau, tels que l'agriculture et l'industrie, augmentant l'efficacité tout en réduisant l'utilisation de l'eau. Le gouvernement se chercher à rendre opérationnelles les installations de dessalement capables de fournir de l'eau potable. En même temps, la ville utilise des politiques telles que le rationnement de l'eau, des amendes pour usage abusif et la répression des forages illégaux pour encourager les individus à réduire leur propre consommation d'eau domestique.

Bien que le chemin à parcourir ne sera pas facile pour la ville du Cap - ou toute autre ville menacée par la sécheresse - la gestion intelligente de l'eau peut contribuer à assurer un avenir durable pour ses citoyens.

En savoir plus sur le travail d'ONU Environnement sur l'eau douce.

Le 22 mars, c'est la Journée mondiale de l'eau

Plus de ressources : 

Stratégie d'ONU Environnement pour l'eau douce