24 Jul 2018 Story Forests

Des forêts et des paysages prospères sont essentiels pour atteindre les objectifs mondiaux

CIAT

Il est urgent que la communauté internationale restaure ses forêts et ses paysages dégradés afin de préserver un environnement sain et production dans lequel les êtres humains prospèrent. Plus de 3 milliards de personnes sur les 7,6 milliards que compte le monde sont touchées par la dégradation des terres.

La dégradation des paysages alimente l'insécurité alimentaire et hydrique, le réchauffement climatique et la perte de biodiversité. Restaurer les terres dégradées inverse la tendance en rendant les fermes plus résistantes, en enrichissant les ressources des forêts riches et en contribuant à rendre le climat plus stable. Des conditions essentielles à la réalisation des objectifs de développement durable à l'horizon 2030.

Des pays du monde entier ont déjà enregistré des succès dans ce domaine, mais le 29 août, le Partenariat mondial pour la restauration des paysages forestiers présentera un nouveau rapport expliquant comment atteindre ces objectifs de restauration ambitieux.

Il n’y a pas d’approche unique pour restaurer les paysages forestiers. Chaque contexte nécessite une solution sur mesure.

image
Un karst calcaire sur l'île de Nauru à la suite de l'extraction excessive de phosphate. Photo prise par le programme de rayonnement atmosphérique du Département américain de l'énergie

Brésil : éloigner le bétail des rives

Au Brésil, les éleveurs de bovins sont rémunérés pour assurer la protection de l'approvisionnement en eau potable de la mégalopole de São Paulo et restaurer 3 000 hectares de terres agricoles et de forêts.

Le projet de la municipalité d’Extrema est un exemple d’approche de paiement pour services liés aux écosystèmes qui crée un marché pour un bien que l’entreprise privée ne fournirait pas autrement.

Une grande partie de la forêt d’Extrema et d’autres parties de l’État de Minas Gerais a été remplacée par des fermes bovines et laitières. L'augmentation de l'érosion des sols qui en résulte nuit à la qualité de l'eau des réservoirs qui alimente plus de 10 millions de personnes vivant dans la région métropolitaine de São Paulo.

Dans le cadre de ce programme, les agriculteurs sont amenés à planter des arbres indigènes le long des rives des cours d'eau et des rivières afin de lutter contre l'érosion. Environ 170 000 mètres de clôture nouvellement installées empêchent le bétail de piétiner la végétation et de déféquer dans l'eau. En plus d'assainir les réserves d'eau, ces interventions ont entraîné un sursaut de 60% du couvert forestier dans le sous-bassin où le projet a débuté.

Les propriétaires terriens reçoivent 118 dollars par an pour chaque hectare de pâturage remis aux autorités pour leur plantation et leur restauration. La compensation financière couvre à la fois les coûts de restauration et les pertes de revenus. Les contrats couvrent également la gestion des parcelles de forêt résiduelle et des mesures de conservation des sols. Les bio-digesteurs traitent les eaux usées sur certaines des fermes. De petits réservoirs ont été construits sur d’autres.

A son commencement en 2007, le programme de conservation de l'eau était le premier du genre au Brésil. Des contrats ont été conclus avec plus de 100 propriétaires terriens représentant environ 90% de la superficie de la municipalité.

Burkina Faso : les folles récompenses des parcelles clôturées

Au Burkina Faso, une initiative aide les familles d'agriculteurs à prendre conscience des nombreux avantages de prendre soin des arbres plantés dans des parcelles clôturées, en les transformant en un lieu de démonstration de plus en plus probant pour les ménages voisins.

La sécheresse, la déforestation et le surpâturage ont dégradé de vastes étendues du paysage ouest-africain. Les sols de nombreuses régions sont exposés à l'érosion due au vent et à la pluie et au manque de matière organique. Auparavant communes, certaines espèces d'arbres sont maintenant rares ou absentes.

En raison des préoccupations croissantes relatives aux impacts du changement climatique, la demande de soutien pour établir des parcelles clôturées est élevée. Cependant, les agriculteurs doivent satisfaire à des critères stricts pour être retenus : ils doivent démontrer leur engagement dans un projet à long terme ; posséder une parcelle de 3 hectares avec des droits de propriété clairement définis et détenir un accord signé par leurs voisins et les autorités locales.

L'initiative fournit aux familles des matériaux de clôture, des plants et un soutien à long terme pour les aider à créer et gérer leurs parcelles et leurs arbres. L'approche favorise la régénération naturelle mais peut inclure la plantation d'espèces particulièrement précieuses. La clôture permet de tenir les bûcherons et les animaux de pâture à distance.

Les avantages comprennent les récoltes de fruits, le fourrage et le bois de chauffage, la régénération des sols et la culture d'espèces d'arbres utilisées en médecine traditionnelle.

 

image
Revégétalisation d'un site dégradé dans le nord de la Chine. Photo de John Coppi, CSIRO

Chine méridionale : restauration de modèles dans les sols rouges

Le besoin de nourrir la plus grande population du monde implique que la Chine ne peut pas se permettre de perdre des paysages productifs face à la dégradation des sols. Désormais, les efforts de restauration à long terme dans les régions montagneuses du sol rouge du pays apportent des avantages significatifs pour la population et la planète.

Dans les années 1980, les régions à la terre rouge du sud de la Chine ont subi une grave érosion due à la déforestation et à des pratiques agricoles non durables. De vastes zones ont été rasées de leurs arbres et les coteaux vulnérables ont été ravagés par des ravins d’érosion. Les sols épuisés ne retenaient pas beaucoup d'eau.

Pour déterminer le meilleur moyen de restaurer ces paysages, des scientifiques ont mis en place un site de démonstration à Qianyanzhou. En 1982, seuls sept ménages y vivaient et utilisaient seulement 11% des terres. Un plan d'utilisation des terres a été élaboré, avec les hautes collines reboisées, les vergers d'agrumes sur des pentes modérées et les rizières au fond des vallées. Les barrages parmi les collines stockaient l'eau de pluie.

En quelques années, ces différentes utilisations durables des terres était déjà établie et produisait des revenus plus élevés. La biodiversité et la qualité de l’environnement ainsi que le microclimat se sont également améliorés. En 1995, le nombre de ménages avait été multiplié par dix et le revenu annuel par habitant était passé d'environ 80 à environ 350 dollars, soit plus de trois fois plus que dans un village proche de la zone du projet.

En 2000, plus de 40 autres sites couvrant une superficie totale de 26 700 hectares avaient appliqué le modèle de Qianyanzhou et généré des avantages de plusieurs millions de dollars.

Le nouveau rapport, intitulé Restaurer les paysages forestiers : la clé d’un avenir durable, sera lancé lors du Forum mondial sur les paysages qui se tiendra au siège de l’ONU Environnement à Nairobi, au Kenya. Parmi les sujets de discussion du forum, on pourra trouver une proposition d'El Salvador dans le cadre de la décennie des Nations Unies pour la connectivité des paysages et la restauration des écosystèmes de 2020 à 2030.

Pour davanatge d'informations, veuillez contacter : Tim.Christophersen[at]un.org