28 Aug 2018 Press release Ecosystems

ONU Environnement et ses partenaires font état du succès mondial de la restauration dans une étude inédite

Nairobi, 28 août 2018 – ONU Environnement a lancé aujourd'hui un rapport faisant état du succès de la restauration menée à grande échelle dans les paysages touchés par des catastrophes naturelles ou causées par l'homme : Restoring forests and landscapes, the key to sustainable future.

Cette étude sans précédent présente les résultats des recherches menées à long terme et à grande échelle et présente également plusieurs études de cas dans le domaine de la restauration des paysages forestiers. Le rapport véhicule un message positif et expose une variété d’opportunités ayant fait leurs preuves pour redonner vie à des terres infertiles.

La récurence des incendies de forêt, des sécheresses et le nombre sans cesse croissant de migrants chassés de chez eux par la dégradation des terres, l'insécurité alimentaire ou les conflits liés aux ressources naturelles dominant l'actualité démontrent que le rapport est publié à un moment décisif.

Sécuriser des superficies suffisamment grandes de paysages sains et fertiles est essentiel pour relever ces défis importants. 40% de la couverture mondiale des sols est utilisée à des fins agricoles : les possibilités d'expansion sont donc limitées. Chaque année, nous perdons des services écosystémiques (dont la production alimentaire) d'une valeur de plus de 6 billions de dollars par an en raison de l’érosion et d’autres formes de dégradation.

Les nations du monde entier reconnaissent les avantages économiques d'investir dans la restauration. Bien que les menaces posées par la dégradation soient décourageantes, notre compréhension croissante du fonctionnement des systèmes naturels offre d'énormes possibilités pour instiller un changement positif.

En 2018, près de 50 pays dont l'Inde, le Kenya, l'Éthiopie, le Mexique et le Pérou, s'étaient déjà engagés à restaurer plus de 160 millions d'hectares, c'est à dire l'équivalent du sous-continent indien, dans le cadre de la plus grande initiative de restauration au monde : le Défi de Bonn.

« Il est clair qu’il existe un mouvement croissant en faveur de la restauration des paysages à grande échelle », a déclaré Erik Solheim, directeur exécutif d'ONU Environnement. «Toutes nos organisations partenaires internationales travaillant dans ce domaine sont d’accord pour dire qu’il est maintenant temps d’intensifier considérablement ce travail. Il est clair que d'ici à 2030, une superficie de 350 millions d'hectares de terres dégradées sera restaurée, ce qui stimulera considérablement la lutte contre le changement climatique, la perte de biodiversité et la pauvreté. Il est essentiel que nous mobilisions et saisissions cette opportunité. »

Le gouvernement du Salvador, soutenu par ONU Environnement, s'appuyant sur la dynamique générée par le défi de Bonn, dont le but ultime est de restaurer plus de 2 milliards d’hectares de terres dégradées dans le monde, a proposé de déclarer la prochaine décennie des Nations Unies, "décennie pour la restauration des écosystèmes", qui sera consacrée à promouvoir la réhabilitation des terres dégradées, endommagées et détruites.

« La restauration des paysages forestiers est clairement une idée dont l’heure est venue. Après avoir testé cette approche avec succès dans plus de 50 pays, nous sommes maintenant prêts à évoluer. Un mouvement mondial de restauration des écosystèmes est notre meilleur espoir de limiter le changement climatique, de créer des emplois verts et d'améliorer dans le même temps la sécurité alimentaire et hydrique. Nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties prenantes qui souhaitent nous rejoindre dans cette aventure », a déclaré Tim Christophersen, président du Partenariat mondial pour la restauration des paysages forestiers, qui regroupe 29 organisations internationales et gouvernements, auteur du rapport.

Les possibilités d’une éventuelle « Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes » seront examinées lors du Forum mondial sur les paysages, qui se tiendra dans les bureaux des Nations Unies à Nairobi les 29 et 30 août.

À L'ATTENTION DES JOURNALISTES

·       Rapport: Restoring forests and landscapes, the key to sustainable future.

·       Communiqué officielproposition du gouvernement du Salvador visant à déclarer les prochaines décennie des Nations Unies « Décennie pour la restauration des écosystèmes »

À propos d'ONU Environnement

ONU Environnement est la principale voix mondiale de l'environnement mondial. L'organisation fournit un leadership et encourage les partenariats dans la protection de l'environnement en étant une source d'inspiration, en informant et en permettant aux nations et aux peuples d'améliorer leur qualité de vie sans compromettre celle des générations futures. ONU Environnement travaille en collaboration avec les gouvernements, le secteur privé, la société civile et d'autres entités des Nations Unies et organisations internationales à travers le monde.

À propos du Partenariat mondial poula restauration des paysages forestiers

Le Partenariat mondial pour la restauration des paysages forestiers (GPFLR) est un réseau mondial proactif qui réunit des gouvernements, des organisations, des instituts universitaires et de recherche, des communautés et des individus avec un but commun : restaurer les forêts perdues et dégradées du monde et leurs paysages environnants. Le GPFLR répond directement à l'appel lancé par le Défi de Bonn de restaurer 150 millions d'hectares de terres déboisées et dégradées d'ici 2020 et 350 millions d'hectares d'ici 2030. http://www.forestlandscaperestoration.org/

Pour davantage d'informations, veuillez contacter :

Keith Weller, Chef du service de presse, keith.weller@un.org