28 Nov 2019 Récit Ecosystems and Biodiversity

La restauration des écosystèmes est une réponse aux défis mondiaux

Entretien avec Musonda Mumba, président nouvellement nommé du Partenariat mondial sur les forêts et la restauration des paysages du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) .

Alors que vous prenez la présidence du Partenariat mondial pour la restauration des paysages forestiers, parlez-nous un peu de vous et de votre parcours professionnel. D'où venez-vous et comment vous êtes-vous intéressé à la biodiversité, aux écosystèmes et à la dégradation des terres ?

Je suis né et j'ai grandi dans la région nord de la Zambie, près de la frontière de la République démocratique du Congo (alors Zaïre) dans la région des lacs. J'ai grandi autour des rivières, des lacs, des zones humides et aussi autour d'une grande biodiversité, principalement la faune et les poissons. À l'adolescence, le fait d'aller dans la parcelle de terre de ma grand-mère pour cultiver ma terre a éveillé en moi une curiosité pour savoir ce que les vers faisaient dans le sol ou pourquoi certaines cultures poussaient et d'autres non. J'étais curieux de savoir pourquoi certains poissons que nous avons trouvés au marché étaient plus foncés que d'autres et j'ai appris beaucoup plus tard que les poissons plus foncés provenaient des milieux humides tourbeux, tandis que les plus clairs provenaient des eaux libres des lacs.  Mon intérêt pour tout ce qui touche à l'environnement s'est éveillé très tôt et lorsque je suis allé à l'Université de Zambie, mon instinct m'a poussé à étudier la biologie de la conservation en tandem avec l'éducation parce que je voulais être un enseignant pour parler aux jeunes de notre environnement, des aliments que nous mangeons, des forêts et plus. 

Vous dirigez actuellement, l'Unité des écosystèmes terrestres du PNUE à Nairobi, au Kenya. Qu'est-ce que cela implique ?

Mon rôle actuel consiste à fournir une orientation stratégique autour de l'organisation sur les questions liées aux travaux du PNUE sur les écosystèmes terrestres d'un point de vue de la gestion de l'environnement et des normes/politiques. L'équipe que je dirige répond à la fois aux demandes du gouvernement en matière de gouvernance, mais aussi aux contributions scientifiques et politiques, et aux liens avec les objectifs de développement durable

Quels seront vos principaux objectifs pour le Partenariat mondial  pour la restauration des paysages forestiers au cours de l'année à venir ?

L'un des principaux objectifs du Partenariat mondial pour la restauration des paysages forestiers est de veiller à ce que ce partenariat fournisse une orientation stratégique sur tous les aspects de la restauration, en particulier à la lumière de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, et aussi au-delà de cette décennie. Les membres du Partenariat mondial constituent un groupe de parties prenantes si riche et si impressionnant qu'ils ont l'occasion de guider les entités du secteur privé qui investissent dans la restauration afin qu'elles fassent le bon type de restauration pour éviter les conséquences problématiques ou involontaires d'une mauvaise restauration.

Y a-t-il des choses que le Partenariat mondial doit faire différemment pour changer la donne en matière de restauration des paysages ?

Nous devons fixer des objectifs clairs et traçables, faire participer le plus grand nombre de personnes possible et accélérer ce qui se passe sur le terrain. Après tout, la restauration des écosystèmes est une réponse de base aux défis mondiaux.

En quoi la Décennie pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, récemment annoncée, représente un défi et une opportunité ?

Le défi de cette décennie réside dans le fait qu'elle intervient à un moment sans précédent, alors que la volonté politique est en phase avec la nécessité d'une telle décennie, mais que les besoins financiers de la restauration dans le monde ne sont pas alignés sur les besoins de restauration dans le monde. 

L'opportunité réside dans le fait qu'il existe à ce stade de l'histoire une reconnaissance mondiale de la nécessité d'une restauration basée sur notre trajectoire planétaire actuelle, qui n'est pas très bonne. Tout le monde sur la planète est convaincu que les choses ont mal tourné et, en tant qu'êtres humains et en tant que collectivité, nous avons l'occasion de faire quelque chose à ce sujet et de bien le faire. 

En ce qui concerne la dégradation des terres, que devrions-nous faire à l'avenir ?

Nous devons informer le monde de l'importance et de la pertinence de la connectivité. Les paysages n'existent pas en vase clos et, à ce titre, la dégradation a un lien rural-urbain et vice-versa. Parce que les populations sont au cœur de la dégradation des terres, nous devons également placer les populations au centre du relèvement et de la guérison. Je mentionne la guérison principalement parce que la dégradation a des implications pour nous en tant qu'humains et pour notre bien-être humain.  Un paysage dégradé équivaut à un être humain qui n'est pas si entier et qui n'est pas synchronisé et qui n'est pas en constante évolution. 

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, dirigée par le Programme des Nations Unies pour l'environnement, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et des partenaires tels que Afr100, le Forum mondial du paysage et l'Union internationale pour la conservation de la nature, concerne les écosystèmes terrestres, côtiers et marins. Appel mondial à l'action, elle rassemblera le soutien politique, la recherche scientifique et les moyens financiers pour intensifier massivement la restauration. Aidez-nous à façonner la Décennie (en anglais).

Pour plus d'informations, veuillez contacter Musonda Mumba : [email protected]